Virus Ebola : les traitements sont « prometteurs » mais « il faut rester prudent », selon un expert

0

Après avoir reçu un traitement expérimental, deux patients malades d’Ebola ont guéri en République démocratique du Congo. « C’est une avancée importante », selon Yves Lévy, nommé par le gouvernement envoyé spécial pour coordonner la lutte contre le virus, mais il faut attendre la fin de la phase de test

Les autorités sanitaires congolaises ont annoncé mardi 13 août la guérison de deux malades d’Ebola, après onze jours de traitement à Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC). Ces deux cas représentent une nouvelle preuve de l’efficacité de deux molécules récemment mises en avant par une étude américaine.

Yves Lévy, ex-président de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), nommé par le gouvernement envoyé spécial pour coordonner la lutte contre le virus Ebola, a estimé sur franceinfo qu' »il faut rester prudent ». 

franceinfo : Peut-on dire qu’on peut désormais soigner tous les patients atteints par le virus Ebola ? 

Yves Lévy : Absolument pas. Ce sont des traitements qui sont prometteurs, mais c’est une maladie effroyable, avec un taux de mortalité de près de 90% chez les enfants et chez les femmes enceintes. On aura éventuellement les chiffres du succès de ce traitement sûrement au mois d’octobre ou novembre, à la fin de l’analyse finale.

Est-on en voie de trouver une parade ?

C’est une avancée importante et intéressante. Je crois qu’il faut cependant être prudent, car nous n’avons pas encore les chiffres exacts puisque l’étude est actuellement en cours. Mais le comité de surveillance qui a vu les premiers résultats a demandé de poursuivre l’étude pour confirmer et peut-être définitivement nous donner les chiffres de l’efficacité de ces deux médicaments.

Actuellement, il y a 700 personnes qui ont été inclues dans cet essai, qui testaient quatre médicaments. Les premières analyses ont montré que deux médicaments étaient plus efficaces que les deux autres. Le comité de surveillance a donc demandé de poursuivre le traitement avec ces deux médicaments pour augmenter le nombre de sujets qui seront traités.

Les malades actuels d’Ebola en RDC vont-ils pouvoir bénéficier de ces deux médicaments ?

C’est le cas. Ces quatre médicaments sont proposés à tous les patients qui arrivent dans les centres de traitements. Aujourd’hui, ils vont recevoir les deux médicaments en priorité, et uniquement ceux-là. Mais ce qu’il faut noter, c’est que l’efficacité dépend aussi du moment du traitement. Les patients qui arrivent le plus tôt sont les patients qui ont sûrement le meilleur bénéfice. Il est vraisemblable que sur les patients qui arrivent tard, aucun de ces traitements n’est efficace, aujourd’hui selon les informations que l’on a.

Les traitements ne sont efficaces que si on est pris en charge très tôt après avoir contracté le virus ?

Absolument. On sait que la différence en terme de charge virale, c’est-à-dire le niveau de multiplication du virus qui fait qu’à un moment les choses sont très difficiles à rattraper, est de trois à cinq jours. Aujourd’hui, le problème qui se pose en RDC, c’est que les gens viennent très peu ou très tard dans les centres de traitements pour plusieurs raisons, sûrement politiques, de rumeurs et de difficultés. Donc aujourd’hui, même si on a des traitements efficaces, l’enjeu est d’avoir une information de la population pour qu’elle arrive le plus tôt possible.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire