Virunga : l’exploitation du pétrole, un risque pour les populations locales

0

Réunies en consortium à Goma, sept organisations de la société civile environnementale de la province du Nord-Kivu dénommée « Alliance pour les Moyens d’existence Verts » (GLA) s’insurgent contre la proposition du ministre des Hydrocarbures, de déclasser une partie des parcs nationaux des Virunga et de la Salonga afin d’y mener des explorations et exploitation pétrolières. La zone d’intérêt pétrolier concerne 172.075 hectares des Virunga soit 21,5% de la surface totale du parc classé au patrimoine mondial par l’Unesco.

Ces organisations environnementales disent « Non, à toute initiative visant à déclasser les parcs nationaux de Virunga et Salonga ou une de leur partie pour exploiter le pétrole au préjudice de l’humanité et des communautés locales en République démocratique du Congo ».

De juillet à août 2018, ce consortium a réussi à collecter 23.062 signatures sur l’ensemble des zones riveraines du Parc National des Virunga, entre autres les territoires de Lubero, Rutshuru, Nyiragongo, Béni, Masisi et la ville de Goma en province du Nord-Kivu.

RDC/Environnement: tollé de la société civile face au déclassement du parc des Virunga
Lundi 17 septembre dernier, les organisations de la société civile environnementale de la province du Nord-Kivu avaient transmis au Président de la République une pétition lui demandant de traduire par des actes encore plus forts son engagement à protéger la nature selon les prescrits des instruments juridiques nationaux et internationaux en matière de conservation de la nature.

A cet effet, ces organisations environnementales demandent la suspension immédiate de ce projet, tout en dénonçant les conséquences dévastatrices sur l’environnement et  sur la vie économique des populations locales qu’aurait une telle décision.

D’après  Sylvain Nganduli, pêcheur sur lac Edouard, « Le lac Edouard est pourvoyeur de nos moyens de subsistances et d’emploi. En tant que pêcheur, je n’ai jamais envoyé une demande à une entreprise pour avoir un travail car la pêche est ma seule source de revenus. La pêche nourrit ma famille et m’aide à scolariser mes enfants. Le lac Edouard compte actuellement 700 pirogues. Cela fait donc vivre 4 900 pêcheurs ce qui représente près de 35 000 personnes. Ces personnes risquent d’être impactées négativement par ce projet ».

Il ajoute aussi que l’exploitation et l’exploration du pétrole dans les parcs nationaux sont incompatibles avec le statut de patrimoine mondial de l’UNESCO de ces parcs. C’est également incompatible avec l’objectif de développement durable et équitable poursuivi par la RDC.

D’après Célestin Kazi, du centre de Recherche sur l’environnement, la démocratie et les droits de l’homme (CREDDHO), le parc national des Virunga est actuellement occupé par plusieurs groupes armés qui commettent plusieurs violations des droits de l’homme à l’encontre des paisibles populations locales. Ce projet d’exploiter du pétrole dans le parc sera une menace pour les populations car les groupes armés vont se multiplier et la zone sera plus conflictuelle.

Les habitants vivant autour de ces aires protégées souhaitent voir le gouvernement de la RDC respecter ses engagements légaux en matière de conservation de la nature. En effet, ils tirent l’essentiel de leurs moyens de subsistance de ces aires protégées. Ainsi, ils demandent au Gouvernement de respecter leur volonté en annulant tout projet relatif à l’exploitation et l’exploration du pétrole dans les aires protégées des Virunga et de la Salonga.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire