Vie des partis : la Copar précise qu’être opposant n’exclut pas d’être ministre

0

La Convention des partis républicains (Copar), plate-forme des partis de l’opposition, a publié, le 11 mai à Brazzaville, une déclaration dans laquelle elle a précisé que le premier alinéa de l’article 5 de la loi portant statut du chef de l’opposition dispose qu’un opposant peut faire partie du gouvernement.

Le deuxième alinéa, quant à lui, indique que « la présence d’un opposant au gouvernement l’astreint à la solidarité gouvernementale ». Ainsi, la Copar a noté que la qualité de membre du gouvernement n’est pas juridiquement incompatible avec l’appartenance à une formation politique de l’opposition.

« Si incompatibilité il devrait y avoir, elle ne saurait tirer sa substance que de celles prescrites par les statuts de la formation politique de l’opposition à laquelle appartient l’intéressé », a renchéri la déclaration.

Par ailleurs, la Copar a martelé que la loi précitée ne donne gage au chef de l’opposition de délivrer aux partis politiques un certificat d’appartenance à cette obédience. Ainsi, selon cette plate-forme, l’opposition se définit comme l’appartenance à une organisation politique aux intérêts et visées contraires à celles de la formation politique au pouvoir.

En outre, la Copar a édifié que c’est dans le but de renforcer des mécanismes démocratiques d’un dialogue constant et permanent que le chef de l’opposition a été institué pour qu’il sert de relais dans la remontée des préoccupations des opposants au niveau des institutions.

Rappelant ses luttes politiques, la Copar reconnaît avoir contribué à l’institution du chef de l’opposition. De ce fait, elle rejette toute approche de nivellement et du déni de ses luttes pour l’avènement d’une démocratie consensuelle, assise sur une République fraternelle et solidaire.

 

		

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire