Vie associative: l’Acodm adhère au comité maritime international

0

L’Association congolaise du droit maritime (Acodm) a été admise dans la structure à l’issue d’une assemblée générale tenue récemment à Londres, la capitale britannique. 

L’adhésion de l’Acodm au Comité maritime international est le fruit d’une campagne menée de concert avec l’Association française du droit maritime. Grâce à cette adhésion, cette association congolaise fait désormais partie de l’importante structure où s’élaborent les projets de conventions maritimes internationales.  

Pour son président, Éric Dibas-Franck, il s’agit là d’un moment important non seulement pour son association mais également pour la République du Congo qui a une vocation maritime et qui devrait désormais participer activement à la conception du droit maritime puisqu’elle sera là où le tout s’élabore. « Aujourd’hui, le Congo ne pourra plus simplement subir les conventions maritimes internationales mais bien au contraire, il aura un droit de cité et un mot à dire. C’est le moment pour nous de remercier l’Association française du droit maritime qui n’a ménagé aucun effort pour  permettre à notre association de rejoindre le concert des nations des structures maritimes internationales », a-t-il déclaré.

« Le secteur maritime est en constante mutation, avec la ratification par notre pays d’un certain nombre de conventions et surtout de la mise en œuvre des conventions maritimes internationales, puisque le droit maritime est par nature une matière internationale, nous devenons pleinement acteurs dans ce secteur, même si on doit reconnaître qu’il existe toujours un déséquilibre entre les pays transporteurs et les pays chargeurs », a ajouté Éric Dibas-Franck.

Il faut dire qu’aujourd’hui, Du point de vue des règles de sécurité et de la navigation, de la pollution, de l’environnement maritime, la République du  Congo en bénéficie énormément.

L’adhésion de l’Acodm au Comité maritime international constitue une reconnaissance des avancées que le pays a réalisées dans plusieurs domaines, notamment dans le secteur maritime. Elle traduit également la confiance dont jouit le Congo auprès des professionnels et des responsables maritimes du monde.

Créée  en 1897 à Bruxelles, le Comié maritime international, composé  d’associations nationales ou multinationales de droit maritime, est une organisation non gouvernementale qui a pour objectif, de contribuer, par tous travaux et moyens appropriés, à l’unification du droit maritime sous tous ses aspects. Depuis plus de soixante-dix ans, il s’emploie à la rédaction des textes du droit maritime. Ses premières conventions datent de 1910 et traitent de l’abordage ainsi que de l’assistance. La convention de Bruxelles du 10 avril 1926 sur les privilèges et hypothèques maritimes est, par exemple, la source du droit français de cette matière.

Son rôle joué dans l’uniformisation du droit maritime a indiscutablement été et demeure encore capital. Le Comité marititime international s’efforce d’orchestrer la confrontation permanente des cultures juridiques entre pays de droit codifié (droit civil) et ceux qui appliquent un droit coutumier (Common Law). Une tâche qui n’est pas aisée car, il est de plus en plus à craindre que la culture juridique des premiers soit progressivement laminée par l’influence des seconds.

Notons que  l’Acodm vise, entre autres, à contribuer à l’élaboration, au renforcement et à la vulgarisation du droit maritime. Son adhésion au Comité maritime international va lui permettre d’assurer le rayonnement et l’attractivité du droit régissant le transport maritime et le transport multimodal mais également de faire connaître les problématiques du droit maritime aux institutions internationales.

 

 

  

 

 

Légendes et crédits photo : 

Un navire au port autonome de Pointe-Noire/ DR

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire