Valorisation du patrimoine culturel: inauguration et remise officielle du musée Cercle africain

0

La cérémonie a eu lieu le 3 décembre, à Pointe-Noire, en présence de Dieudonné Moyongo et Jean Marc Thistère Tchicaya, respectivement ministre de la Culture et des arts et ministre des hydrocarbures. 

Haut lieu de rencontre, de partage, d’échange et d’expression de l’élite africaine avant l’accession du Congo à l’indépendance, le musée Cercle africain est situé au quartier Sic Tchitchele, dans le premier arrondissement, Emery Patrice Lumumba. Le bâtiment, renové existe depuis 1950. Jadis prestigieux, il est tombé en ruines à la fin de la décennie 1980 après avoir, tour à tour, servi de tribunal d’instance et de carrefour d’expression culturelle et artistique. Il est le premier et l’unique musée que dispose actuellement la ville côtière.

 S’exprimant sur le rôle joué par sa société,  Marco Rotondi, directeur général d’Eni Congo, a rappelé que le projet de réhabilitation du Cercle africain de Pointe-Noire et sa transformation en musée d’arts obéit  à un accord  particulier conclu entre la République du Congo, d’une part, et les  sociétés Eni Congo et Total E&P Congo, d’autre part, dans le cadre des permis d’exploitation Loango 2 et Zatchi 2. Un projet qui s’inscrit  dans la promotion et la valorisation du patrimoine culturel congolais.

Remerciant la société Eni Congo pour la réhabilitation de cet édifice, Dieudonné Moyongo a signifié que son ministère est celui de la mémoire. Ainsi  la  réhabilitation de cet édifice  est-elle conforme à la reconstruction de la mémoire collective et culturelle. «Cette cérémonie coïncide avec le 50 e anniversaire de la présence de la société ENI en République du Congo, merci à ENI Congo pour avoir réhabilité ce bâtiment selon les règles de l’art, en préservant sa configuration initiale . La culture demeure incontestablement le meilleur vecteur de cohésion sociale, elle représente  aussi un levier économique  qui ne doit pas être  seulement vu comme une cour de récréation comme aiment le penser certains esprits peu avisés » a-t-il déclaré.

Pour Vincenzo Fazzino, représentant résident de l’Unesco au Congo,  la réhabilitation  de ce musée traduit la volonté du gouvernement congolais pour  la promotion du patrimoine national. Il a souligné les rôles joués par le  musée, notamment l’éducation, le rapprochement des peuples, le développement durable et économique, l’échange intellectuel, l’apprentissage, la sensibilisation et autres.

                                                                                                           

 

                                                                                    

 

 

  

Légendes et crédits photo : 

1- Une vue du musée Cercle africain / Adiac
2- La coupure du ruban symbolique par le ministre des Hydrocarbures / Adiac

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire