Uvira: le député et ancien ministre provincial, Luc Mulimbalimba, accusé d’avoir ordonné de tirer sur un citoyen décédé à Luvungi ce lundi

0

Le député national Luc Mulimbalimbali élu du territoire d’Uvira au Sud-Kivu est accusé d’avoir ordonné à sa garde de tirer sur un homme qui est décédé sur place à Luvungi, plaine de la Ruzizi dans le territoire d’Uvira (Sud-Kivu) ce lundi 17 juin 2019 dans la soirée.

C’est la suite des échauffourées liées à l’intronisation du nouveau chef de groupement d’Itara/Luvungi, monsieur Ombeni Maisha successeur de Ombeni Mbabaro, aujourd’hui député provincial au Sud-Kivu.

Difficile de dire exactement les circonstances dans lesquelles est mort monsieur Sarma. Les deux parties se rejettent la responsabilité et les circonstances de la mort du jeune sont différentes selon qu’on est d’un tel ou tel autre camp.

Selon plusieurs habitants, l’incident est arrivé alors que Mulimbalimba passait dans sa jeep suivi de son Ambulance escorté par trois militaires PM FARDC. Les jeunes sur la route l’auraient hué. C’est dans cette colère, qu’il est descendu dans sa jeep et a commencé à ruer des coups de boxe sur un jeune du milieu.

Obligé de répliquer contre le député national, le dernier aurait ordonné à un militaire sous sa garde de tirer. Le jeune aurait donc reçu trois coups de balles au niveau de la hanche. Le jeune homme sera transporté à l’hôpital mais le corps était déjà sans vie, racontent plusieurs témoins.

« Un groupe voulait me tuer avec des machettes, et un groupe est allé vers le soldat pour lui ravir l’arme et l’utiliser pour me tuer »

Contacté au courant de cette nuit de lundi par la rédaction du groupe La Prunelle, le député Mulimbalimba confirme également qu’un homme est mort mais affirme qu’il s’agit d’un homme faisant partie de la milice Mbabaro qui aurait tenté de l’assassiner à la machette.

Celui-ci nie catégoriquement avoir ordonné qu’on tire sur le jeune homme mais raconte que c’est alors que sa garde l’interdisait d’user de sa machette pour tuer le député que cet incident est survenu.

«C’est faux et archifaux. Moi je ne peux pas ordonner qu’on tire sur quelqu’un. Il y a un problème qui se passe ici avec l’ancien chef de groupement Mbabaro aujourd’hui député provincial. Il y a plus de 5 ans que je dénonce qu’il y a des milices. Je dis aux gens qu’il va créer une situation terrible dans le territoire d’Uvira spécialement à Luvungi. Les autorités ne croyaient pas en moi et prenaient tout ça comme de la blague. Curieusement, j’étais en train de marcher aujourd’hui et il y a ces milices qui sont venues me tuer avec des machettes. Heureusement j’avais écrit une demande des gardes du corps. Un groupe voulait me tuer avec des machettes, et un groupe est allé prendre au soldat et lui ravir l’arme pour l’utilise et me tuer. C’est quand le soldat s’efforçait pour ne pas laisser son arme que malheureusement, cet incident est survenu » explique le député Luc Mulimbalimba à Laprunellerdc.info.

Celui-ci dément également être en résidence surveillée mais rassure qu’il est calme dans sa résidence de Luvungi. Il craint par ailleurs que ces « milices » ne soient pas utilisés le matin pour tenter encore une fois de mettre fin à sa vie.

Luc Mulimbalimba regrette également que des hommes envoyés par l’ancien chef de groupement s’adonnent à la distraction de toutes les installations de l’éclairage public opérationnelles à Luvungi et réalisées par ses efforts personnels.

Un dimanche également agité
La situation s’est dégradée d’un coup quand une délégation conduite par le mwami des Bafuliru Kalingishi et le député national Luc Mulimbalimba tentait d’aller introniser le nouveau chef de groupement d’Itara Luvungi, Maisha Ombeni, ce dimanche 16 juin 2019.

Plusieurs habitants soutenant l’ancien chef de groupement, Ombeni Mbararo s’opposent alors à cette installation et soutiennent la fille aînée de l’ancien chef de groupement et aujourd’hui député provincial pour lui succéder. Pourtant, le mwami s’y était opposé évoquant une violation de la coutume Fuliru.

Des éléments de forces de sécurité s’interposent et tirent des balles pour disperser la foule.

L’association de la Paix aux Enfants Vulnérables Orphelins et Veuves (APEVOV) œuvrant dans cette entité parle elle de 9 personnes qui avaient déjà été blessées vers 12 heures 30. Certaines étaient déjà internées à l’hôpital Luc Mulimbalimba de Luvungi. D’autres étaient à leur domicile, expliquait Jimmy Katuruma à Laprunellerdc.info

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire