Université de Lubumbashi: quatre morts dans des heurts entre étudiants et policiers

0

Quatre personnes sont mortes et plusieurs autres sont blessées, dans la nuit de dimanche à lundi 28 janvier, lors des heurts qui ont opposé les étudiants aux policiers à l’Université de Lubumbashi (UNILU). Deux étudiants, un élève et un policier sont les victimes de ces incidents, selon des sources médicales. Le policier décédé a été percuté par le véhicule de la police.

La tension est encore vive lundi 28 janvier sur le campus universitaire et au centre-ville de Lubumbashi. La circulation a été perturbée et certains magasins sont fermés.

Au départ, ces étudiants revendiquaient la réhabilitation de l’eau et de l’électricité. Leurs doléances se sont étendues au paiement des frais académiques au taux de 92 000 Fc pour 100 $US. Ils ont aussi demandé la baisse du prix de transport à 200 Fc (0,125 USD) pour la course du centre-ville à l’université, au lieu de 500 FC (0, 312 USD).

Partis des sites universitaires, ces étudiants se sont constitués en plusieurs groupes.  Certains ont été reçus par l’autorité provinciale à qui ils ont présenté leurs doléances.

Malgré les assurances reçues de l’autorité provinciale, d’autres ont continué à manifester au centre-ville obligeant les commerces à fermer. Ils ont incendié plusieurs véhicules des privés et un grand bus de l’Université.

D’autres encore ont réquisitionné un taxi avec lequel ils ont connu un grave accident. Le bilan n’est pas encore connu.

La police indique que certains manifestants qui ont été arrêtés ne seraient visiblement pas des étudiants.

Le maire de Lubumbashi, Ghislain Lubaba Buluma, appelle les étudiants au calme. Il dit avoir signé un arrêté fixant à 200 Fc le transport sur le tronçon Centre-ville – université de Lubumbashi.  

D’après un communiqué de la présidence de la république signé par le directeur de cabinet du chef de l’Etat, le commandant de la police qui aurait ordonné aux policiers de tirer devra être déféré devant la justice et le réajustement des frais académiques est suspendue. Le ministre de l’enseignement supérieur et universitaire devrait aussi être entendu pour établir les responsabilités.

Source: http://www.radiookapi.net/

Laisser un commentaire