Une nouvelle rébellion annonce sa création dans l’est de la RDC

0

« Nous ne sommes pas de Maï-Maï. Nous sommes les éléments du Mouvement National pour la Révolution et notre objectif est de renverser ce pouvoir s’il n’arrive pas à organiser les élections présidentielles prévues en fin de l’année en cours » a déclaré à POLITICO.CD John Mangaiko, porte-parole de ce mouvement rebelle qui vient de faire connaître à travers des attaques la semaine dernière contre l’armée Congolaise et les convois de la mission Onusienne en RDC, Monusco.

À en croire ce cadre de ce mouvement armé, l’heure n’est pas aux affrontements avec l’armée congolaise ou la Monusco mais plutôt à l’organisation de ce groupe rebelle en attendant la fin de l’année pour chasser le régime actuel s’il n’organise pas des élections. « Les récents  affrontements avec les troupes de l’armée sont une réponse à leurs attaques contre nos positions » a-t-il précisé.

Déjà ce mouvement armé qui revendique un milliers d’hommes se déclare être en contrôle des espaces dans les provinces orientales de la RDC notamment le Maniema, le Katanga, le Nord-Kivu et l’Ituri. « Nous avons également des collaborateurs, qui sont contre les injustices de ce régime à travers les grands centres urbains » a expliqué John Mangaiko, qui n’a pas donné le nom de son leader.

Douze rebelles ont été tués et un officier supérieur de l’armée congolaise lors des affrontements qui ont éclaté samedi et dimanche entre cette nouvelle rébellion et l’armée gouvernementale. Cinq casques bleus dont deux du contingent Népalais et trois du contingent Tanzanien ont également été blessés dans une embuscade tendue par les éléments de cette rébellion dans le village de Kabasha (20Km de la ville de Beni).

Des sources sécuritaires attribuent les dernières attaques contre le poste de contrôle de Mukulya (entrée sud de Beni) et celle de la prison de Kangbayi à ce groupe armé.

Source : Politico CD

Laisser un commentaire