Une marche organisée hier mercredi à Kisangani pour marquer ce triste anniversaire a été brutalement dispersée par la police

0

Octobre 2014 – octobre 2018. Cela fait quatre ans depuis que les populations civiles de  Beni, un des territoires de la province du Nord-Kivu, sont régulièrement attaquées et massacrées par des groupes armés présentés comme des rebelles ADF.  Un triste anniversaire que le Mouvement citoyen Lutte pour le Changement (Lucha) a tenu à marquer par quelques manifestations à travers le pays.

A Kisangani, chef-lieu de la province de la Tshopo,  les échos qui nous sont parvenus indiquent que des activistes de Lucha habitant dans cette ville ont voulu aussi organiser hier mercredi une marche pour dénoncer « l’inertie » des autorités face aux massacres à répétition à Beni. Mais, cette marche  a été dispersée brutalement par la police qui, à en croire l’AFP, a fait usage de gaz lacrymogène.

« Je suis Beni, je veux la paix », « Où est le gouvernement? » ou encore « Pourquoi cette inertie? Que font les autorités face à ces massacres à répétition à Beni? », ont chanté une vingtaine de manifestants avant d’être dispersés, a constaté un correspondant de l’AFP. Pour rappel, le dernier massacre en date perpétré à Beni a eu lieu le 22 septembre. Cette attaque survenue près du centre de la ville a coûté la vie à une vingtaine de personnes.

Depuis le 2 octobre 2014, au moins 700 civils ont été sauvagement tués dans ce territoire de la province du Nord-Kivu. Des  massacres attribués au groupe ougandais Allied Democratic Forces (ADF). Quinze Casques bleus tanzaniens ont été aussi tués en décembre 2017 par un groupe d’assaillants, toujours à l’Est de la RDC..
Depuis près de 15 jours, des attaques de groupes armés locaux et étrangers contre des positions de l’armée congolaise sont signalés à Beni dans le Nord-Kivu  et dans la région de l’Ituri.

Triste anniversaire à Beni

A Beni, ville martyr,  ce quatrième triste anniversaire  n’est pas passé inaperçu. Le mouvement  Lucha a organisé mardi 2 octobre une marche dans la ville  pour marquer ce douloureux anniversaire.. A la fin de la marche, les manifestants ont déposé à la MONUSCO un document contenant cinq propositions pour ramener définitivement la paix dans la région.

 Dans le document remis au chef de bureau de la MONUSCO à Beni, la LUCHA indique que les autorités congolaises et l’ONU n’ont fait que des promesses de solutions sans lendemain. C’est pourquoi le mouvement pro-démocratie Lucha fait ces cinq propositions prenant  en compte la sécurité, la justice, l’assistance humanitaire aux victimes, le devoir de mémoire et les élections démocratiques.

  » Les propositions, nous les avons adressées au peuple congolais, à la SADC et à la communauté internationale dans son entièreté et non pas au gouvernement ; parce que nous ne croyons pas au gouvernement. Il est illégitime ! Nous savons qu’il est dépassé et il ne peut malheureusement rien nous amener « , a expliqué un militant de la Lucha.
Selon lui, Kinshasa n’organise jamais de deuil ou toute autre action de mémoire pour tous ces gens qui sont en train de mourir dans la région de Beni.

   Dans sa déclaration, la LUCHA parle de plus de deux mille civils congolais sauvagement tués, de centaines d’autres mutilés ou enlevés.  » Des villages entiers ont été rayés de la carte par des assaillants que personne n’est toujours arrivé à nommer avec exactitude « , selon la même source.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire