Une excursion tourne au drame à Kinsuka : un mort

0

Coin paradisiaque de Ngaliema, sur les rivages d’un fleuve tranquille qui, dans sa descente nonchalante vers l’embouchure à l’Océan Atlantique, mugit sur les rochers abrupts dans une symphonie lugubre, les rapides de Kinsuka-pêcheurs demeurent un haut lieu touristique surplombé par un soleil rougeâtre à son coucher et dans son horizon proche, un paysage verdoyant des terres brazzavilloises. Plusieurs légendes, comme l’ont soutenu de nombreux pêcheurs superstitieux, ont été tissées sur ce site aux mille attraits pour des milliers d’excursionnistes, jaloux depuis des millénaires de son mythe et de ses mystères jamais élucidés.

Cette réputation a été confirmée une nouvelle fois, début juin, par une excursion organisée par quatre jeunes-gens, deux filles et deux garçons, qui s’est terminée par la fin tragique de Dany Longo, étudiant en 3 ème graduat dans une université de la place.

Retour sur les faits

Le vendredi 8 juin 2017, deux garçons à fleur d’âge accompagnés de leurs deux copines, ont débarqué en début d’après-midi au site Kinsuka-pêcheurs pour passer une journée inoubliable sur les rapides.

La météo complice a offert pour la circonstance une de ses brises fraîches particulières de la saison sèche. Les voilà qui, après avoir traversé quelques rochers pittoresques sculptés au fil du temps, par l’eau et l’air, se sont mis à poser pour des photos souvenirs avec leurs téléphones portables. Un regard derrière lui, Dany Longo a remarqué des gouttes d’eau qui décollaient de rapides et brillaient au soleil comme des grains de lumière. Le décor était féerique. Il pensait que rater quelques prises de selfies à cet endroit magique, était une gaffe impardonnable. D’un pas lent, son téléphone entre les doigts, il s’est détaché des autres pour se photographier. D’abord à deux mètres, puis à cinq mètres et plus. Comme attiré par une force invisible, Dany Longo s’est éloigné davantage de ses copains qui pourtant, continuaient à le dissuader d’éviter des pierres glissantes et les rapides.

Soudain, le jeune étudiant a glissé dangereusement et est tombé sur des rochers, avant d’être emporté par les vagues vers les eaux tumultueuses de rapides de Kinsuka. C’était pour ne plus réapparaître. Témoins de cette scène émouvante, les pêcheurs opérant dans les parages, ont vogué à coups de pagaie vers le lieu. Après des plongées dans le fleuve, aucune présence de l’infortuné excursionniste. Sa copine, toute tremblotante de peur, a éclaté aussitôt en sanglots, menaçant de se jeter dans les rapides pour tenter de sauver Dany Longo. Elle n’a pas pu supporter la disparition en direct de celui qui lui promettait un avenir radieux, un amour sans bornes et un foyer sans problèmes. Il en est de même de l’autre couple également sous le choc, s’interrogeant sur la suite de cette affaire de noyade avec les interpellations de la famille de la victime, les enquêtes de la police et les ennuis judiciaires.

Ce soir-là, les rescapés de cette excursion ont quitté le lieu émotionnés avec l’espoir de revenir le lendemain, pour s’informer sur les résultats des recherches des pêcheurs. Samedi 9 juin, le site presque désert portait encore l’habit de deuil. Il en était de même pour le dimanche 10 juin et les jours suivants. Mercredi 14 juin, une délégation de la famille éprouvée est allée rencontrer le chef traditionnel de ce territoire pour l’impliquer dans les recherches. Il a promis de tout faire pour retrouver le corps du jeune étudiant, et exigé la somme de 30.000 FC pour le faire avant de procéder aux cérémonies ancestrales. Chose qu’il n’a pu obtenir. Bien des jours plus tard, les nouvelles sont demeurées en l’état.

Après deux semaines d’impatience, les investigations menées par les condisciples de Dany Longo et des volontaires se sont soldées par un cuisant échec. Ainsi s’évanouissait jusqu’à ce jour, tout espoir de retrouver sur les rivages du fleuve Congo, le cadavre de l’infortuné excursionniste. Mais la famille éplorée qui n’a pas perdu espoir, continue de garder le deuil en attendant la découverte de la dépouille mortelle à Ngaliema ou peut-être de l’autre côté de la rive, à Brazzaville.

Sur ce même site, a signalé un pêcheur, un pasteur venu baptiser ses fidèles dans les eaux du fleuve, avait disparu, il y a quelques années, dans des circonstances similaires dans les rapides de Kinsuka.

Un couple de jeunes se promenant allègrement sur ces pierres glissantes, a péri dans ce site touristique dont la dangerosité se signalait au fil de noyades en série. Mais au risque de leurs vies, des groupes de garçons et leurs copines fréquentent assidument ce lieu d’évasion qui pour eux, est demeuré un lieu de rendez-vous d’amour inoubliables. Il ne reste plus que les autorités de la ville puissent déterminer, à l’aide des panneaux indicateurs, les sites à hauts risques de noyade, afin de prévenir d’autres accidents de ce genre.

Source : Media Congo

Laisser un commentaire