Tshopo : hausse des prix des produits pétroliers à Kisangani

0

La hausse des prix des produits pétroliers s’est observée lundi 2 octobre 2018 à Kisangani, dans la province de la Tshopo, en conformité du  communiqué du ministère de l’Economie national, signé le 29 septembre par le secrétaire général ai de ce ministère, Célestin Twite Yamwengo.

Dans l’esprit de ce communiqué, il est indiqué que le prix a augmenté suite à l’évolution des paramètres de la structure des prix et dans le but de garantir l’approvisionnement du pays en produits pétroliers. Selon ce communiqué, le prix d’un litre est vendu désormais 1.790 FC à la pompe contre 1.600FC. En ce qui concerne le prix d’un litre de gasoil et du pétrole, la source note qu’ils reviennent respectivement à 1.700 FC et à 1.640 FC.

Ils ont fait savoir que cette situation a eu des répercussions sur le prix de transport à travers la ville. Les courses intercommunales varient entre 600 FC et 800 FC tandis que le soir ce tarif diurne passe directement à 1000 FC et plus.

Les causes de la hausse des prix

Le ministre d’Etat à l’Economie national, Joseph Kapika qui réagissait devant la presse samedi, a indiqué que le réajustement des prix des produits pétroliers, intervenu dimanche à la pompe est dicté par le marché international desdits produits qui se négocient à deux dollars américains le litre.

Selon lui, la République démocratique du Congo (RDC) a subi le contre coût, étant donné que les prix pratiqués par la RDC ne se conforment pas au taux réel de change du Franc Congolais par rapport au dollar américain. Il a fait savoir qu’en RDC, le taux que le gouvernement a imposé aux pétroliers se situe à 1.450 FC pour un dollar américain contre un taux réel de 1.650 FC pratiqué sur le marché parallèle.

Ces pétroliers achètent le carburant en devises et les vendent en monnaie nationale. Cette opération les oblige à acheter et à convertir la monnaie nationale en dollars, auprès des banques commerciales en vue de pouvoir importer le carburant », a-t-il indiqué.

La situation réelle veut que le prix du litre d’essence ou de gasoil soit vendu à deux dollars, soit 3.300 FC contre 2.110 FC pratiqué à la pompe, représentant un écart de 1.190 FC.

Cet écart des prix consiste à faire que les activités quotidiennes de la République ne s’interrompent pas et que le pouvoir d’achat de la population ne s’amenuise d’avantage à cause des flambées des prix qui peuvent découler de l’augmentation des prix des produits pétroliers.

« Si le gouvernement ne réajuste pas, toutes les activités économiques nationales seront paralysées. Cette augmentation de 6 % ne pourra pas changer les structures des prix de transport en commun. S’il y a l’augmentation, elle ne sera que de 30 FC, or des petites coupures pareilles n’existent plus », a dit le ministre d’Etat Kapika.

Il a appelé la population à s’assurer que le gouvernement prend ces genres des mesures dans l’intérêt général de la République.

La société PERENCO produit le pétrole brut

Quant à la préoccupation de la presse sur la production du pétrole par la société pétrolière PERENCO, le ministre a fait savoir que cette société produit le pétrole à l’état brut par manque de raffinerie. La PERENCO dont les activités se trouvent au Kongo central, dans la ville de Moanda produit exporte le pétrole à l’état brut tandis que les sociétés commerciales de ces produits importent de l’extérieur.

Le ministre d’Etat à l’Economie a aussi laissé entendre que le prix du carburant sur le marché international est estimé à 2 USD or en RDC, le prix est évalué à 1,3 USD le litre, ce qui ne correspond pas à 2 USD.

« En réajustant le prix du carburant, les activités économiques se poursuivront normalement ainsi que la vie nationale du pays, a soutenu le ministre d’Etat Kapika qui affirme que l’intérêt de la population demeure au centre des décisions que prend le gouvernement.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire