Tshibala, rattrapé par la réalité

0

Sur le plan social, pas besoin d’un dessin pour se rendre compte que le chef du gouvernement est malmené par le dollar et une crise économique qui l’oblige, désormais, à faire appel à l’aide internationale. Actuellement, 10 dollars américains s’échangent contre près de 16 mille francs congolais. La situation sociale devient de plus en plus intenable. Bruno Tshibala se fait de plus en plus inaudible.

Et pourtant, bien avant de prendre ses fonctions, le Premier ministre avait juré, le 10 avril dernier, se tourner vers l’intérieur pour stabiliser l’économie du pays et financer le processus électoral.

Défendant son budget à l’Assemblée nationale, il a promis de réajuster le salaire des agents et fonctionnaires de l’Etat à partir de la fin du mois de juillet (de 930 Francs congolais,  à 1425). Une promesse qui ne sera pas tenue. Selon les listes envoyées aux institutions étatiques respectives, aucune augmentation n’est prévue.

Énervés, les syndicalistes menacent même de boycotter la paie de ce mois de juillet. Selon le président de l’Intersyndicale nationale, si les agents fonctionnaires prenaient cet argent, ça sera considéré comme une avance.

Organisation des élections, pas possible cette année. Le président de la CENI a tranché. Là encore, Bruno Tshibala « ne sait pas à quel saint se vouer« . Il s’agit d’une nouvelle promesse qui ne sera pas respectée.

Concernant  la sécurité, la réalité sur le terrain est éloquente, principalement à l’espace Kasaïen et au Nord~Kivu. Dans l’Est du pays, par exemple, les villages tombent les uns après les autres aux mains des miliciens Maï~Maï principalement dans le territoire de Lubero.

La réalité rattrape la fiction. Le budget national en hausse de plus de 62% n’était qu’un voeu irréaliste.

Source : Politico CD

Laisser un commentaire