Traque de kuluna en cravate, promesse électoraliste ou ferme conviction de Shadary ?

0

La question vaut son pesant. Partout où il passe à l’intérieur du pays, le candidat président de la République porté par le Front commun pour le Congo (FCC), Emmanuel Ramazani Sharady ne cesse de faire cette déclaration à qui veut l’entendre. De quoi s’interroger s’il sera capable, une fois élu, d’honorer cette promesse qui raisonne bien dans les oreilles de l’électorat congolais.

A Lubumbashi, Kolwezi, Kamina comme à Kalemie, province du Tanganyika où il séjourne depuis hier, jeudi 29 novembre, le candidat n°13 à la présidentielle du 23 décembre a répercuté ce même message promettant l’incarcération de corrupteurs et de détourneurs des deniers publics.

Cet engagement « électoraliste ou ferme » fait partie de son programme électoral présenté dans les grandes lignes au peuple congolais le 20 novembre dernier à Kinshasa.

En effet, le dauphin de Joseph Kabila s’est engagé solennellement, prenant le peuple à témoin, à « combattre l’impunité, l’abus du pouvoir, le clientélisme, la corruption, la fraude perpétrée à tous les niveaux par des personnes physiques ou morales, de nationalités congolaise ou étrangère ».

D’aucuns s’interrogent, par où va-t-il commencer ? Par les dossiers de dénonciations en suspend se trouvant auprès du procureur général de la République et des soupçons de lanceurs d’alerte contre certains gestionnaires publics ? Ou par ceux qui auront à se compromettre durant son mandat ?

Aucun détail jusque-là n’est donné par Ramazani Shadary qui sait pertinemment bien que ce n’est pas une mince affaire. Surtout, commentent des analystes, quand il s’agit de traquer certaines personnes qui font partie du régime qui le soutient pour le conduire à la victoire.

Qu’à cela ne tienne, le candidat n°13 s’est engagé à être « intraitable » en ce qui concerne la distribution de la justice, quel que soit le rang social de potentiels délinquants ou mieux de kulunas en cravate.

En attendant, Ramazani Shadary poursuit sa tournée de campagne électorale à travers le Congo profond. L’homme n’y va pas avec le dos de la cuillère pour aborder les questions cruciales telles que le problème d’insécurité et de banditisme urbain, les tracasseries administratives sur les motards et autres hommes d’affaires, la réhabilitation du chemin de fer et les routes de desserte agricole dans les six territoires de cette province, etc.

Le candidat n°13 à la présidentielle invite enfin les populations électrices à voter pour lui et pour les candidats aux législatives présentés par le FCC et à sécuriser le processus électoral ainsi que les matériels de vote.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire