Transport fluvial : un accord pour améliorer la navigation sur le fleuve Congo

0

Dans le but de perfectionner la circulation sur le fleuve Congo et ses affluents l’Oubangui et Sangha, la République du Congo a signé, le 13 juin à Brazzaville, un accord de siège  avec le Groupement d’intérêt économique pour le service commun d’entretien des voies navigables (Gie-scevn).

« La navigation sur le fleuve devient pénible, cela est dû à la dégradation de la voie fluviale et au manque d’entretien », a déclaré le secrétaire général du ministère des Affaires étrangère, Cyprien Sylvestre Mamina, au nom du ministre des Transports.

L’initiative d’intérêt économique pour un service commun d’entretien des voies navigables est l’acte par lequel le gouvernement congolais permettra à la Gie-scevn, structure intergouvernementale entre le Congo et la République centrafricaine, d’œuvrer sur son territoire.

Outre le déploiement de  son équipe sur le terrain,  cette structure  bénéficiera des privilèges fiscalo-douaniers lors des importations. « Cet accord  nous aidera dans la réalisation de notre mission, notamment l’exonération de certains droits de douanes et impôts pour tout le matériel importé », a signifié le coordonnateur du Gie-scevn, Alexis Dekoisset.

Le Gie-scevn compte mettre à profit ces acquis pour contribuer à la facilitation de la circulation des personnes et des biens sur les voies d’eau inter-Etats. Cette opportunité lui permettra également de renforcer le caractère d’outil d’intégration de la zone de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale, a-t-il ajouté

Structure inter-Etats du Congo et de la Centrafrique, la mission principale du Gie-scevn consiste à entretenir et améliorer les conditions de navigabilité de l’ensemble des voies d’eau navigables d’intérêt commun aux deux pays.

Le Gie-scevn a été créé en mars 2007, après l’évolution institutionnelle du service d’entretien des voies navigables, de la volonté des autorités de la République du Congo et de la République centrafricaine.

Rappelons que ce service commun existe depuis février 1970 et était sous la tutelle respective de l’Ex-Agence transcongolaise des communications et l’ex-Agence centrafricaine des communications fluviales.

Légendes et crédits photo : 

Le secrétaire général des Affaires étrangères et le coordonnateur du Gie-scevn

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire