Transport en commun : un réseau de trafiquants de numéros d’identification des véhicules démantelé à Kinshasa

0

Les éléments de la Police nationale congolaise (PNC) viennent de démanteler un réseau de trafiquants de numéros d’identification des véhicules commis au transport en commun dans la ville de Kinshasa. Le patron de la police de la ville de Kinshasa, le général Sylvano Kasongo, a présenté le responsable du réseau à la presse.

À l’occasion, le général Kasongo s’est félicité de l’exploit réalisé par la police qui, a-t-il promis, ne laissera pas de répit aux inciviques qui croient qu’ils peuvent se livrer à leurs activités en permanence sans qu’ils ne soient inquiétés.

Allusion faite à la suspension, par le gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta Yango, du contrôle des taxis, communément appelés « ketch » (véhicules de petit format : ndlr) à Kinshasa, non peints en jaune, couleur décidée par l’Hôtel de ville de Kinshasa. D’une part, pour les distinguer des autres qui ne sont pas commis au transport en commun et, de l’autre, pour lutter contre les rapts de passagers à bord de « ketch », observés depuis quelques temps dans la capitale.

Certains conducteurs de « ketch » ont cru qu’ils pouvaient faire ce que bon leur semblait. « Erreur », a rétorqué le patron de la police de Kinshasa qui a déclaré que la police continuait à surveiller les mouvements des véhicules commis au transport en commun sur les artères de la capitale.

Cela a abouti à l’interpellation des taximen de « ketch » qui détiennent des numéros d’identification pirates. C’est-à-dire ceux délivrés par des particuliers en lieu et place du service compétent. En remontant la filière, la police a fini par démanteler le réseau de trafiquants, son responsable a été, entre-temps, mis aux arrêts et présenté par le patron de la police/ville de Kinshasa à la presse.

De surcroît, le général Kasongo a rappelé aux conducteurs de véhicules commis au transport en commun que le délai de quinze jours accordé par le gouverneur Kimbuta de voir les véhicules peints en jaune expire le 4 juillet 2018.

À dater de 5 juillet, a averti le général, les « ketch » et des véhicules d’autres modèles commis au transport en commun non peints en jaune et ne portant pas un numéro d’identification aux deux portières du véhicules seront saisis et mis à la fourrière. La restitution à leurs propriétaires sera conditionnée au paiement d’une forte amende.

« Le 5 juillet 2018, les éléments de la police nationale seront déployés sur les artères de la capitale pour saisir tous les véhicules commis au transport en commun non peint en jaune, indistinctement. C’est-à-dire des « ketch » et des véhicules d’autres modèles […] Et les véhicules qui ne portent pas de numéros d’identification collés aux deux portières du véhicule seront également saisis. Les véhicules saisis seront mis à la fourrière et la restitution à leurs propriétaires sera conditionnée au paiement d’une forte amende », a affirmé Sylvano Kasongo pour qui, les numéros d’identification collés à un endroit autre que les deux portières du véhicule ne seront pas tolérés à dater du 5 juillet 2018.

Les conducteurs de véhicules qui agiront de la sorte seraient en infraction pour avoir foulé aux pieds la décision du gouvernement provincial de Kinshasa, d’où ils verront leurs véhicules saisis.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire