Transport en commun : les usagers obligés de s’asseoir à cinq par rangée dans les bus

0

Le projet « Esprit de vie », initié du temps du Premier ministre Augustin Matata Ponyo pour résorber tant soit peu les difficultés de déplacement à Kinshasa et offrir aux passagers des conditions décentes de voyage, n’arrive plus à répondre aux attentes de la population.

 

 

 

 

Si, à l’ époque, il y avait des itinéraires établis et respectés par les bus publics de transport en commun, à ce jour, ces bus qui tendent vers leur disparition adoptent de temps en temps et à certaines heures de la soirée le système demi-terrain que raffolent les transporteurs privés pour se faire un peu plus d’argent. Plus encore, alors que l’autorité urbaine a revu  à la hausse le coût de la course de transport au profit aussi bien des privés que du projet Esprit de vie, les passagers sont curieusement obligés de se mettre à cinq par rangée dans les bus au lieu de quatre.

Le 1er juin, par exemple, certains usagers rassemblés sur l’avenue du commerce ont refusé de prendre place à bord de ces bus qui allaient à Matete. Le régulateur abordé a essayé de se justifier en rendant les usagers responsables de cette pratique. « Ce sont les clients qui demandent de se mettre à cinq. Nous,  nous ne répondons qu’à leurs désidérata », a-t-il tenté d’expliquer. Mais il n’a pas su soutenir longtemps ses mensonges et son esprit mercantile car, en même temps, il s’est contredit en obligeant, en complicité avec les percepteurs, les clients à se mettre à cinq. Se sentant très fort, il a même proposé de donner le numéro de la coordination à ceux qui voulaient résister pour aller l’accuser. « Je peux même vous donner le numéro pour appeler et dire ce que vous voulez dire », a-t-il répondu sèchement à un client, qui lui avait promis de faire le rapport à la hiérarchie de ce projet.

Aujourd’hui, les transporteurs membres de ce projet Esprit de vie bénéficient de plusieurs avantages par rapport à d’autres privés. En plus d’exonérations, les bus Esprit de vie jouissent d’autres avantages sur les artères et ne sont pas sujets aux tracasseries dont sont victimes d’autres transporteurs. Cependant, malgré ces privilèges que n’ont pas les sociétés d’Etat comme la Transco et la New Transkin, le projet Esprit de vie et ses bus n’arrivent pas à combler les attentes de la population.

 

Légendes et crédits photo : 

Photo: le bus Esprit de vie/photo Radio Okapi.

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire