Transport aérien : l’Union africaine compte sur l’adhésion de quarante Etats au sein de son marché unique

0

La commissaire de l’organisation aux infrastructures et à l’énergie, Amani Abou-Zeid, a exprimé le souhait de concrétiser la création du Marché unique du transport aérien en Afrique (Mutaa), lors d’une conférence de presse organisée en marge du 32e sommet à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne.

Amani Abou-Zeid a projeté une adhésion de tous les pays membres d’ici à 2021. A ce jour, vingt-huit Etats membres ont signé, ce qui représente plus de sept cents millions de personnes, a fait savoir la commissaire. « Les Etats membres signataires ont adopté des mesures pour harmoniser leurs accords bilatéraux sur le service aérien avec seize pays signant le protocole d’application supprimant toutes les restrictions (…) afin de les mettre en conformité avec les dispositions de la décision de Yamoussoukro sur la libéralisation des marchés du transport aérien en Afrique », a-t-elle déclaré.

Evoquant les avantages du Mutaa, Amani Abou-Zeid, a dit qu’il « devrait donc avoir un impact important sur la mise en place réussie de la Zone de libre-échange continentale (Zlec) africaine et le protocole sur la libre circulation des personnes, qui sont également des projets phares prioritaires de l’Agenda 2063 de l’UA ». « La mise en place du Mutaa est vitale pour réaliser la vision sur le long-terme de l’UA d’une Afrique intégrée, prospère et pacifique », a-t-elle souligné.

Lancé par vingt-trois Etats membres lors du sommet de l’Union africaine (UA) de janvier 2018 dans le but d’accélérer la connectivité sur le continent, le Mutaa est une initiative qui vise à créer un marché unifié du transport aérien en Afrique, à libéraliser l’aviation civile sur le continent et à y impulser l’intégration économique. La Commission de l’UA estime que ce marché unique permettra l’amélioration des niveaux de service aérien et renforcera la concurrence entre les itinéraires. Ce qui entraînera des tarifs plus compétitifs, stimulera le volume des trafics supplémentaires, favorisera le commerce, les investissements ainsi que d’autres secteurs de l’économie et entraînera un accroissement de la productivité tout comme une augmentation de la croissance économique, y compris des emplois.

Notons que le Mutaa est le résultat de l’application des principes de la Décision de Yamoussoukro adoptée en 1999 et approuvée par l’Assemblée des chefs d’État et de gouvernement de l’UA à Lomé (Togo), en juillet 2000.

La Décision de Yamoussoukro prévoyait également la création de l’Agence d’exécution du transport aérien africain, chargée de superviser et de gérer la libéralisation du secteur aérien sur le continent. Celle-ci a vu le jour en 2007, lors de la troisième conférence des ministres responsables du transport aérien de l’UA tenue à Addis-Abeba. Elle a confié ses fonctions à la Commission de l’aviation civile africaine.

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire