Transco: le DG Blackson Bonga envisage une couverture nationale avec des bus bien équipés

0

Une matinée de travail et de communication a été organisée le samedi 27 avril 2019, au sein de sa Direction générale de la Société de Transports  au Congo, TRANSCO, à Masina. Il était essentiellement question d’un échange cordial entre le nouveau Directeur Général, M. Andrew John Blackson Bonga et les chauffeurs dont il a désormais la charge.

C’est un deuxième contact direct depuis son évènement à la tête de cette entreprise publique qui sort tout juste d’une phase tumultueuse à laquelle il tente d’apporter un vent de changement. La requalification et le développement du transport routier sont, pour le moment, ses objectifs majeurs.

Convaincu du fait que lorsque le chef est près de ceux qu’il dirige, la société va toujours de l’avant, Andrew John Blackson prend à cœur ces vifs moments d’échanges particuliers avec les siens.

Après une petite évaluation partant du passé, du présent et en perspective de l’avenir de la société, il a martelé sur le climat d’amour fraternel qui doit régner entre les travailleurs. « Personne ne doit faire souffrir les autres et chacun doit exécuter sa tâche honnêtement, consciencieusement avec toute responsabilité. Si le rôle de chacun n’est pas bien assuré, ça ne sera, au finish, qu’un travail bâclé qui conduira l’entreprise à sa ruine », a-t-il fait savoir.

Evoquant le côté social qui, selon lui, demeure une des ses préoccupations, il avance que payer les employés de doit pas être une faveur, mais un devoir et cela ne se demande pas. « C’est inconcevable de retrouver un bus Transco abandonné quelque part parce qu’il est en panne… la prise en charge doit être automatique ». Il salue, toutefois, la bonne implication de l’administration de l’entreprise qui continue difficilement à relever les défis, sans un appui direct.

Développement du transport routier

Pour le nouveau DG de Transco, il faudrait étendre le trafic des bus à travers l’ensemble du territoire national car, la société Transco a été créée pour tout le pays et non pour une seule ville. Il faut donc procéder à son développement de manière progressive.

Il annonce, cependant, que les bus doivent être renforcés partout en RDC, en créant des axes à l’Est avec Goma, Bukavu, au Sud avec Lubumbashi, au Nord avec Kisangani, mais également avec des fréquences Kinshasa- Kikwit-Tshikapa et même en Afrique avec la République Sud-Africaine, l’Angola… Transco entend d’investir dans les autobus bien équipés et des bus pour le tourisme dans les villes touristiques tel que Moanda, dans le Kongo-central.

Sur le plan organisationnel, « la société n’appartient à personne, alors ça ne peut pas devenir un acquis. Il faut qu’il y ait contrôle afin d’éviter des sabotages. Tous ceux qui seront surpris de l’intérieur seront sanctionnés selon le règlement et de l’extérieur seront arrêtés selon la loi du pays », table M. Andrew.

Sur le plan ressources humaines, insiste-t-il, il faut que règne la discipline entre tous les travailleurs, et le patriotisme doit prendre le dessus sur eux, les relations malsaines entre eux sont condamnées. « Il faut être un conducteur sans accidents car, ça éviterait des dépenses supplémentaires à la société… ils doivent travailler en mettant dans leur tête que c’est une carrière ».

Il s’en est suivi une série de questions-réponses avant que le Directeur Général n’adresse ses remerciements au Président de la République, Félix Tshisekedi, pour son implication personnelle dans l’instauration d’un climat de paix au sein de Transco. Il a également demandé à ses employés de se serrer les coudes et de rester unis puisque s’ils ont atteint ce niveau où ils sont arrivés, c’est par ce qu’il y a eu une implication globale de chacun.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire