Traitement de l’érosion de Ngamakasso : les travaux s’exécutent normalement

0

L’information a été donnée par Wang-Lijun, vice-président de l’entreprise China road and bridge corporation (CRBC), après avoir été reçu par le Premier ministre, chef du gouvernement, Clément Mouamba, le 15 novembre à Brazzaville.   

Le vice-président de CRBC s’est entretenu avec le Premier ministre sur l’ensemble des chantiers que réalise cette société au Congo depuis quelques années, notamment la construction des routes sans oublier la société conjointe de cimenterie Sonocc. Il en a profité pour présenter au chef du gouvernement le nouveau directeur général de CRBC au Congo. 

Répondant à la presse sur l’état d’avancement des travaux de l’érosion de Ngamakosso, dans le sixième arrondissement de Brazzaville, Talangaï, Wang-Lijun a déclaré: « Avec cette érosion, la zone devient dangereuse pour la population riveraine. Le projet que nous sommes en train de réaliser avec certains ouvrages, c’est de l’arrêter avec un mur, remblayer pour reconstruire la route et, avec certaines techniques, protéger toute la côte et planter les arbres pour protéger le sol. Le travail se fait présentement en dépit des pluies qui nous causent des difficultés. Mais comme c’est urgent, nous sommes obligés de travailler pour en finir avec cette érosion assez rapidement ».

Andrea Mazella fait ses adieux au Premier ministre 

Par ailleurs, le chef du gouvernement a reçu également en audience l’ambassadeur d’Italie au Congo, arrivé au terme de sa mission diplomatique après quatre années d’exercice. « Je suis venu prendre mes congés, parce que ma mission est arrivée à terme. J’ai passé plus de quatre années ici au Congo, c’est maintenant le temps pour moi de rentrer en Italie. Avec le Premier ministre, nous avons parcouru ensemble le travail intense qu’on a fait en quatre années. Il y a eu le changement de la Constitution, la formation du gouvernement avec un Premier ministre qui ne figurait pas en 2014 quand je suis arrivé. Et surtout, il y eu a des années difficiles au point de vue économique », a relevé Andrea Mazella à sa sortie d’audience.

Sur le plan bilatéral, le diplomate italien a dit avoir identifié avec le Premier ministre des pistes susceptibles d’être explorées pour  aider le Congo à reprendre son chemin vers le développement. « Ce que je voudrais dire c’est qu’on a identifié dans certains critères de solidarité vers la population, surtout la plus vulnérable, à savoir les femmes, les enfants, les orphelins qui ont souffert plus que d’autres dans cette dure situation économique. La solidarité est le principe de base sur lequel le gouvernement doit s’appuyer. Il ne faut jamais laisser les autres en arrière. Tous les Congolais, de Pointe-Noire à Impfondo, doivent se porter ensemble, marcher ensemble et dans la même direction », a ajouté le diplomate italien. Andrea Mazella a, en outre, noté la reprise de l’économie dans le pays avec un produit intérieur brut qui s’améliore, lui permettant ainsi de faire face, par exemple, à sa dette.

Aussi, le diplomate italien a-t-il souhaité que les Congolais emboîtent le pas au président de la République pour mener sans relâche la lutte contre les antivaleurs. Pour lui, le discours du chef de l’Etat à propos doit être l’étoile polaire pour la société congolaise. « Changer les habitudes, ce n’est pas facile mais c’est devenu absolument nécessaire. Même en Italie, nous avons les mêmes problèmes financiers : la dette et le déficit. La dispersion des ressources n’est plus permise, les ressources doivent être mises à profit de tous les pays sans trop de gaspillage. Ce n’est plus permis. Le monde change et on doit toujours travailler dans l’efficacité et rendre compte avec transparence de l’engagement des ressources publiques », a précisé Andrea Mazella, heureux de regagner son pays en gardant du Congo l’image d’un pays très hospitalier.

 

Légendes et crédits photo : 

Photo : Le vice-président de la société CRBC répondant aux questions de la presse

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire