Trafic d’ivoire africain : près d’une tonne saisie au Cambodge

0

L’information a été donnée par le parquet cambodgien, le 6 décembre, indiquant que ce pays était devenu, depuis un certain temps, une des voies d’entrée vers l’Asie de l’ivoire trafiqué depuis l’Afrique.

Au total, 279 morceaux de défense ont été découverts, pour un poids de 940 kilos. Et selon Lim Bun Heng, vice-procureur de la province de Preah Sihanouk, dans le sud du Cambodge, « certaines des pièces d’ivoire étaient coupées en morceaux pour pouvoir être dissimulées au milieu d’une cargaison de bois ».

Les défenses d’ivoires sont passées par l’important port commercial de Sihanoukville, le plus grand du Cambodge et la principale voie d’accès vers ce pays d’Asie du sud-est voisin de la Chine, grande consommatrice d’ivoire. Importée de Côte d’Ivoire par une société basée au Mozambique, cette cargaison était « destinée à un pays tiers », a affirmé le vice-procureur, sans mettre en cause la Chine.

« Quand les conteneurs sont arrivés dans le port, nous avons identifié des objets suspects au scanner. Nous avons demandé au propriétaire de la compagnie d’ouvrir les conteneurs, mais personne ne s’est présenté », a-t-il précisé.

En décembre 2016, les autorités cambodgiennes avaient saisi 1,3 tonne d’ivoire dans une cargaison de bois venant du Mozambique, près de Phnom Penh. A l’époque, les dirigeants cambodgiens avaient clairement indiqué que la cargaison était destinée à la Chine. C’est pour cela que les écologistes estiment que le Cambodge est devenu une voie de passage majeure pour l’ivoire africain ces dernières années.

Le commerce de l’ivoire est certes interdit, mais le trafic des défenses se poursuit frauduleusement, parce que ce produit est apprécié pour sa beauté, notamment pour fabriquer des objets raffinés et des bijoux.

 

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire