TIC : l’Unesco-Brazzaville ouvre sa bibliothèque numérique

0

 La collection de documents accessibles à distance  dispose d’au moins cinq cents livres qui équivalent à plus de soixante-quatre mille cinq cents pages.

Le ruban symbolique a été coupé, le 4 avril, par le sous-directeur général de l’Unesco pour l’Afrique, Firmin Edouard Matoko, qui avait à ses côtés, le directeur régional du bureau de Yaoundé pour l’Afrique centrale, Salah Khaled, la représentante de l’Unesco au Congo, Ana Elisa de Santana Afonso et le représentant de l’Unesco en République démocratique du Congo, Abdourahamane Diallo.

La bibliothèque numérique de l’Unesco est constituée de plusieurs panels dans cinq secteurs qui sont : l’éducation; la culture; les sciences exactes et naturelles; les sciences sociales et humaines, ainsi que le secteur communication. Il y a également une collection des livres sur l’histoire générale de l’Afrique dans différents volumes allant de 1 à 8, éditée par l’Unesco pour remédier à l’ignorance sur le passé du continent.

Dans son mot de bienvenue, Gervais Ndokekias, secrétaire général adjoint de la Commission nationale congolaise pour l’Unesco, a déclaré que cette institution onusienne et le Congo vont toujours entretenir de bonnes relations et tout ce dont ce pays a besoin de la part de l’Unesco est une réussite.

Expliquant ce projet, le technicien, Alain Ndalla, a dit que rendre accessibles les capacités de l’analyse simple de contenu, Bureauflex archivage permet d’absorber des volumes croissants de contenu structuré et non structuré. Plusieurs techniques innovantes sont utilisées pour constituer une solution complète et efficiente d’analyse de contenus par des capacités d’analyse sémantique pour trier, filtrer et catégoriser le contenu, afin d’extraire les informations significatives (métadonnées en temps réel) ; des possibilités d’exploration, de recherche et d’indexation automatique pour identifier et marquer le contenu significatif dans une large variété de sources d’informations non structurées (thésaurus).

« Le choix de notre logiciel dans le projet Unesco-Fonds-en-dépôt chinois est un acte de promotion des biens immatériels développés en Afrique. Nous tenons à remercier la représentante de l’Unesco au Congo, Ana Elisa de Santana Afonso, qui a identifié notre distributeur CyberFinances du Congo, au cours d’un salon sur l’entrepreneuriat ici à Brazzaville. Les traitements effectués par notre logiciel ont consisté à numériser plus de cinq cents documents à diffusion libre de l’Unesco, totalisant plus de  soixante-dix mille pages transférables sur CD, DVD et clé USB et consultables sur les terminaux Windows », a déclaré Alain Ndalla.

Signalons que Megatel systèmes est une entreprise congolaise qui développe des logiciels innovants dans la gestion documentaire, comptable et financière.

Légendes et crédits photo : 

Photo 1 : La bibliothèque numérique de l’Unesco-Brazza
Photo 2 : Le sous-directeur général de l’Unesco pour l’Afrique, Firmin Edouard Matoko, et la représentante de l’Unesco au Congo, Ana Elisa de Santana Afonso

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire