Sud-Kivu : trente quatre réfugiés burundais tués par les tirs de militaires

0

Trente-quatre réfugiés burundais ont été tués dans l’est de la République démocratique du Congo par les tirs de militaires lors d’échauffourées » entre les deux groupes, selon un nouveau bilan établi samedi par les autorités provinciales du Sud-Kivu.

Sud-Kivu : trente quatre réfugiés burundais tués par les tirs de militairesLes Forces armées de la RDC (Fardc) ont voulu disperser vendredi à Kamanyola des réfugiés « en tirant des balles en l’air mais ils ont été débordés par les jets de pierres », a déclaré à l’AFP Josué Boji, directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur du Sud-Kivu. Selon M. Boji, un groupe de réfugiés burundais exigeait la libération de quatre des leurs, arrêtés dans la nuit de mercredi à jeudi puis « expulsés vers leur pays d’origine ». On dénombre « 34 morts côté réfugiés burundais et 124 blessés », a-t-il indiqué, revoyant à la hausse un premier bilan de 18 réfugiés tués et un militaire congolais donné un peu plus tôt. Une porte-parole de la Mission de l’ONU en RDC (Monusco), Florence Marchal, avait fait état d’un bilan, également provisoire, de 18 morts et 50 blessés. Depuis, les autres réfugiés burundais « sont toujours dans une base de la Monusco », a-t-elle indiqué.

« J’ai vu des gens tomber, des hommes, des femmes et des enfants qui n’avaient aucune arme. Jusqu’ici nous avons déjà décompté 31 tués et au moins 105 blessés dont une quinzaine très grièvement », a témoigné auprès de l’AFP un réfugié burundais. D’après les témoignages recueillis par l’AFP, ces réfugiés ont, pour la plupart, fuit la « persécution religieuse » du gouvernement burundais. Beaucoup d’entre eux sont des adeptes de la prophétesse Zebiya, qui assure avoir des visions de la Vierge dans le nord du Burundi. « Des éclaircissements sont nécessaires » sur les circonstances de ce « fusillade », a réagi le ministre burundais des Relations extérieures, Alain-Aimé Nyamitwe, sur son compte twitter.

Le Burundi traverse une grave crise politique émaillée de violences depuis la candidature en avril 2015 du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat controversé et sa réélection en juillet de la même année. Ces violences ont déjà fait de 500 à 2000 morts, selon les sources (ONU et ONG), des centaines de cas de disparition forcée et de torture, et ont poussé à l’exil plus de 400.000 Burundais. Plus de 36.000 d’entre eux sont réfugiés en RDC, où ils sont installés dans le camp de Lusenda (est), saturé, et dans plusieurs camps de transit.

Légendes et crédits photo : 

Fardc et Casques bleus sécurisant un camp de réfugiés burundais à Lusenda

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire