Sud-Kivu : plus d’intervention médiatique au nom du PPRD sans autorisation écrite

0

Les communicateurs du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD) au Sud-Kivu sont désormais obligés d’avoir une autorisation écrite du responsable de ce parti en province avant toute déclaration qui engage ce parti dans les différents médias de la ville de Bukavu.

Dans une lettre adressée aux responsables des médias de Bukavu, Boniface Kaningini, Secrétaire Exécutif Provincial adjoint du PPRD au Sud-Kivu affirme également vouloir revoir le mode de fonctionnement de leur cellule de communication consécutivement à la dotation des nouveaux responsables et animateurs de ce parti en province du Sud-Kivu.

Les responsables du PPRD au Sud-Kivu promettent également la restructuration de leurs différents services dans l’objectif d’accomplir la mission qui leur a été confiée par leur hiérarchie.

‘‘ Le PPRD a été doté des nouveaux responsables à tous les niveaux avec mandat de redynamiser le parti. C’est pour cette raison que nous procédons à une restructuration de nos différents services pour être en harmonie avec les objectifs que la hiérarchie nous a assignés. De ce fait, nous vous informons que nous avons revu le mode de fonctionnement de notre cellule de communication dont les camarades chargés de porter officiellement les points de vue du PPRD dans les médias devront désormais être porteurs d’une autorisation écrite du chef du parti en province. Désormais donc, toute intervention dans les médias de quelque nature que ce soit sans l’aval du parti n’engagera que son auteur et la maison qui l’aura invité.’’ Peut-t-on lire dans cette lettre du secrétariat exécutif provincial du PPRD au Sud-Kivu. 

Cette décision intervient au moment où des communicateurs du PPRD au Sud-Kivu ne parlent pas le même langage au sujet de la radiation de l’Alliance des Forces Démocratiques du Congo (AFDC) au sein du Front Commun pour le Congo (FCC). Alors que certains sont restés dans la ligne de conduite de leur famille politique dans leurs interventions sur différentes chaines locales, d’autres par contre n’ont pas hésité à fustiger le désordre qui sévit actuellement au sein du FCC, qualifiant de dictature l’exclusion du sénateur Bahati Lukwebo du FCC pour avoir porté une candidature parallèle à celle d’Alexis Thambwe Mwamba, désigné par L’autorité du FCC Joseph Kabila à la présidence du sénat.

Reste donc à savoir qui feront partie de cette nouvelle équipe de communication qui est annoncée  pour très prochainement.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire