Sud-Kivu: la société civile de Nkafu et l’ONG Mercy Corps à couteaux tirés sur la gestion de l’eau à Bukavu

0

La société civile sous noyau de Nkafu dans la ville de Bukavu accuse l’organisation Mercy Corps de tenter d’imposer un comité local de développement (CLD) chargé de gérer le projet d’eau que pilote l’organisation.

Dans une correspondance adressée au chef de mission Mercy Corps Bukavu, la structure demande que l’organisation de surseoir ce processus en vue de bien évaluer le besoin et analyser le mode de désignation des responsables des CLD.

« La population de cette partie de Kadutu à travers sa structure citoyenne la société civile sous noyau de Nkafu vous demande de bien vouloir surseoir ce processus en vue de permettre aux acteurs et animateurs des organisations de développement de bien analyser les besoins, les interventions et le mode de désignation des membres du comité de la synergie des comités locaux de développement dans notre commune de Kadutu et dans la ville de Bukavu. Par ailleurs, point n’est besoin de rappeler que votre organisation est taxée de détournement et est à côté dans la gestion des fonds alloués au projet d’eau », a declaré Julien Namegabe, le président de la société civile de Nkafu dans sa correspondance.

A Mercy Corps, on ne l’entend pas de cette oreille et on demande des preuves de détournement à la société civile. Par rapport à la désignation des membres du comité local de développement, on accuse le président de la société civile de Nkafu d’avoir voulu entacher la régularité du processus de désignation habituel en voulant imposer ses personnes.

« Nous avons été surpris par ce message de la société civile. D’emblée je vous rassure que tout ça c’est faux. Pour le cas précis, cette activité est en train d’être menée avec la mairie de Bukavu. Dans le quartier Nkafu, il y a eu un certain nombre d’irrégularité du fait que la personne de Julien qui apparemment avait sensibilisé beaucoup des jeunes qui devaient venir pour voter alors qu’ils n’étaient pas accrédités. Les principes veulent que que pour voter le CLPD, il faut mobiliser toutes les structures communautaires, les bases communautaires, les écoles, les hôpitaux, les églises…et chaque structure doit avoir deux délégués. Mais lui avec sa structure avait mobilisé plus de 40 personnes. Il voulait que les élections se passent sachant qu’il a ses 40 personnes derrière lui et il allait passer. Ce qui ne pouvait pas être accepté parce cela n’est pas prévu par la loi qu’on suit. Le processus n’est pas un processus de Mercy corps mais c’est un processus de la mairie à travers ce comité de pilotage. S’il faut sursoir le processus il n’a qu’à le demander à la mairie. Sur la question de détournement, c’est vraiment gave de faire des accusations gratuites comme ça, on espère qu’il a des preuves qu’il peut présenter pour justifier ce détournement », explique à nos confrères du journal le Souverain Libre, monsieur Jacques Ciza, gestionnaire adjoint du programme en charge de l’eau à Mercy Corps.

Le 23 juin dernier, une incompréhension a conduit à une résistance de la société civile de Nkafu lors d’une tentative d’installation d’un comité local de développement de ce quartier. Selon la société civile de Nkafu, Mercy Corps a tenté d’imposer son comité. Les agents de l’Organisation venus installer le comité ont été obligés de rebrousser chemin.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire