Sud-Kivu : Face à une agitation au Pprd, Claude Nyamugabo prône la fermeté et prêche la discipline

0

Claude Nyamugabo préconise des sanctions contre ceux qui sont entrain « de salir l’image du parti en racontant n’importe quoi ». Celui-ci l’a exprimé dans la soirée de ce samedi 12 Mai 2018 devant des cadres et autres mandataires de ce parti réunis dans la salle des conférences de l’hôtel Panorama, quelques heures après une agitation de quelques membres au siège de son parti dans la matinée.

« Je voudrai revenir encore sur la question de la discipline au parti, ne nous trompons pas d’époque, point et clair. Nous sommes en année électorale et il n’est pas question d’indiscipline parce que les indisciplines nous distraient et il y aura élection le 23 décembre. Si quelqu’un pense qu’il est fatigué du parti, il peut partir et nous nous allons continuer à pêcher ; et des gros poissons et des petits poissons, c’est clair. Notre parti n’est pas une entreprise ou on l’on attend des résultats de ses parts sociales à la fin de l’année. Si quelqu’un est fatigué du parti, il peut même aller à l’opposition et nous allons le battre le 23 décembre et il regrettera ce qu’il est allé faire là. » dit Claude Nyamugabo craignant des « gens qui racontent des histoires » au parti et sur internet car ils sont entrain de salir l’image et la réputation du PPRD « car il y en a qui viennent nous distraire alors qu’ils ne sont plus avec nous ».

Il demande par ailleurs des sanctions aux indisciplinés qui risquent selon lui de mettre en mal la cohésion de son parti au cours d’une année électorale.

« Nos statuts ont prévu des sanctions et elles ne restent pas lettre morte, il faut les appliquer et celui qui pense qu’il ne peut pas être sanctionné, il y a plus de 700 partis dans notre pays, soit il va dans un autre parti qui n’est pas le PPRD, soit il va à l’opposition, soit il crée le sien. Et j’ai bien dit ici que notre parti a pour président Joseph Kabila Kabange, un monsieur discipliné. Tu ne peux pas venir injurier le PROSECA au siège du parti et penser que tu vas rester membre de ce parti, ça on n’admettra pas ! Parce que pour gagner les élections, on doit aller pas en ordre dispersé mais unis » lâche le secrétaire exécutif provincial du PPRD et responsable de la Majorité présidentielle en province.

A ceux qui disent que leur parti n’est pas servi et qui l’accusent d’embaucher des nouvelles personnes à la DPMER, le numéro Un du Sud-Kivu parle d’une mauvaise compréhension. « Une mise en place, n’est pas une embauche » dit-il.

« C’est vrai que je n’ai pas encore donné du travail à tout le monde mais on ne peut pas dire non plus que je n’ai rien fait pour le parti. Je voudrai comme on est entre nous clarifier des petites choses et très rapidement. J’apprends que les camarades disent que j’ai embauché 180 personnes. Non, avant de condamner, prenez soin de lire les titres, les intitulés des documents. D’abord, cette année je n’engagerai pas 180 personnes ensuite les listes que vous avez vues c’est des mises en place à la DPMER et une mise en place n’est pas embauche ».

La situation était tendue la matinée de ce samedi 12 Mai 2018 au siège du parti du peuple pour la Reconstruction et la Démocratie, PPRD dans la ville de Bukavu.

Des membres du Parti présidentiel accusent l’actuel gouverneur et leur secrétaire exécutif provincial de ne privilégier que des nouveaux venus alors que ceux qui se sont battus pour le parti sont au chômage.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire