Stade de Kinkala : Hugues Ngouélondélé déplore le mauvais état de l’infrastructure

0

Le ministre des Sports et de l’éducation physique a fait le constat, le 24 octobre, au terme de sa visite des installations sportives de l’hinterland.  

Stade de Kinkala : Hugues Ngouélondélé déplore le mauvais état de l'infrastructure« Nous avons déjà fait le tour de tous les départements pour finir ici au Pool. Le constat est le même. Nous avons trouvé ces infrastructures dans un état de désolation. Ce n’est pas parce que vous ne travaillez pas, mais parce qu’aussi il a dû vous manquer les moyens pour faire face à ces difficultés », a souligné le ministre des Sports, au terme de sa visite au stade de Kinkala.

A l’image d’autres complexes de l’intérieur du pays, le stade de Kinkala présente aussi quelques manquements. Cette installation, construite à la faveur de la municipalisation accélérée, en 2012, n’est pas alimentée en eau et en électricité. Un problème qu’il faut résoudre d’urgence. « Je n’ai pas la baguette magique pour changer les choses tout seul. Un rapport sera adressé au Premier ministre, chef du gouvernement et certainement lui, à son tour,  fera état au président de la République », a promis Hugues Ngouélondélé.

Sur le terrain de football, la pelouse non tondue a interpellé sa conscience en même temps que l’état dans lequel se trouve le stade annexe. Il symbolise, à lui seul, toutes les difficultés de la direction départementale à entretenir ce bijou mis à la disposition de la jeunesse congolaise. L’herbe a gagné les abords des terrains de basketball et de handball.

L’un des panneaux transparents qui soutiennent à la fois le cerceau et le filet, les deux éléments essentiels qui forment le panier de cette discipline, s’est brisé.  Une preuve attestant que ces installations n’accueillent plus les sportifs, depuis plus d’une année. D’où l’interpellation du ministre des Sports. « Il faut donc réfléchir sur la question. Comment  faire pour que ces installations soient permanemment occupées. Comment faire pour que les jeunes de Kinkala jouent au basket, au handball et au football, parce qu’avec la présence humaine même l’herbe ne pourra plus pousser », a recommandé le ministre.

Le manque d’encadreurs ou encore des pratiquants était la raison évoquée par la direction départementale. Un argument qui n’a d’ailleurs  pas convaincu le ministre. Selon lui, le pays dispose d’un nombre important de professeurs d’éducation physique qui peuvent relever ce défi.  « Depuis l’école, on donne envie à l’enfant de pratiquer la discipline parce qu’après il peut se spécialiser soit dans le basket, soit dans le handball. Il faut déjà, à l’école, qu’il ait envie de faire du sport

L’exigence des frais d’entretien avant de se produire sur le terrain de basketball a été aussi évoqué . Le ministre des Sports a tranché net:  « Il faut trouver les solutions pour que ce beau patrimoine, mis à la disposition du ministère des Sports et de l’éducation physique, ne reste pas en l’état . Il n’est pas question de faire payer. Pour l’instant , la priorité pour moi, c’est l’occupation de ces lieux et que les gens jouent, particulièrement les jeunes.  On ne peut pas avoir ces bijoux et les laisser dans cet état. On trouvera les solutions pour que ça ne soit plus comme ça », a-t-il insisté.

Le stade de Kinkala, rappelons-le, est logé dans le même titre foncier que le domaine de l’agriculture, parce qu’il a été construit dans le domaine reservé au ministère de l’Agriculture.  Dans l’urgence, il faut faire la délimitation de l’aire du stade et la reconstitution du terrain de l’agriculture en vue de procéder à un morcellement.  «  Il faut des titres fonciers pour tous ces stades, pour  que finalement, ils  deviennent propriétés du ministère, sinon, c’est le flou permanent », a-t-il souhaité. Selon lui, il faut « urgemment, sécuriser ce stade, le garder et l’entretenir».

Le stade de Kinkala, rappelons-le,  a abrité  son premier et unique match international, le 23 mai  2015. Les Diables rouges dames affrontaient le Nzalang national de la Guinée Equatoriale, dans le cadre des  éliminatoires  des Jeux olympiques de Rio.  Sur le plan national , il  a accueilli, quand la pelouse du stade  Alphonse-Massamba-Débat était en mauvais état, les rencontres  du championnat national de football et de la coupe du Congo.

L’AS Kimbonguela  qui disputait ses matches de Ligue 1 sur ce terrain, avait vu ses matches délocaliser à Brazzaville, après les évènements du 4 avril 2016. 

Légendes et crédits photo : 

Hugues Ngouélondélé visitant le stade de Kinkala/Adiac

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire