Spéciale Olympique: les déficients intellectuels congolais honorés

0

Après une bonne prestation respectivement aux Jeux mondiaux du spécial olympic et à  la quatrième édition du meeting international à Marrakech, les athlètes ont été encouragés par Hugues Ngouélondélé, ministre des Sports et de l’éducation physique.

Les représentants du Congo ont fait deux déplacements et ne sont pas revenus les mains vides. A Abu Dhabi, ces athlètes, déficients intellectuels, ont glané quatre médailles dont deux en or, une en argent et une autre en bronze.  Marie Louise Mounkounkou a eu le mérite de gagner à la fois une médaille d’or et une d’argent. Les autres récompenses ont été respectivement obtenues par Mousounda Oko, médaillé d’or aux 200 m course de vitesse, et  Cynthis Ngatsélé (bronze).

À la quatrième édition du meeting international à Marrakech, au Maroc, les handicapés moteurs congolais ont gagné deux  médailles de bronze par  Chris Bardy  Bouesso. « Aujourd’hui au Congo, il existe une structure appélée Spéciale Olympique Congo, la structure mère s’appelle Spéciale Olympique internationale. Le but est de redonner la joie à ces enfants, de leur permettre la réinsertion et l’intégration sociale et familiale. Nous sommes allés faire ces recrutements dans les orphelinats et dans les écoles spécialisées, dans les familles », a expliqué Simon Ibovi.

Le président du comité paralympique congolais et de la Spéciale Olympique Congo a présenté au ministre des Sports et de l’éducation physique les quelques difficultés que rencontrent les structures. Simon Ibovi a expliqué que du  28 août au 5 septembre, Brazzaville va recevoir  les experts de spéciales olympiques internationales, lesquels viendront pour une grande réunion et animer  des séminaires de formations. « Où allons-nous les recevoir ? Nous n’avons pas de siège et nous tenons nos réunions dehors », s’est -il interrogé.

 Il a ensuite révélé qu’en janvier 2020, ces athlètes participeront à la première compétition paralympique d’Afrique des nations. « Nous allons amener nos enfants dans les épreuves suivantes : le volleyball assis, l’athlétisme toutes les catégories confondues. Il faut se préparer mais souvent nous sommes butés au manque d’accompagnement financier et d’installations », a-t-il souligné, avant de rappeler que l’année dernière, ils n’ont pas pu organiser les championnats nationaux du comité paralympique par manque de moyens financiers.

 Les prestations de ces athlètes déficiants intellectuels n’ont pas laissé indifférent Hugues Ngouélondélé.  « Je vous félicite parce que vous n’avez pas les mêmes capacités que les autres. Nous avons toujours essayé de faire ce que l’on peut. Dans cette situation difficile que traverse le pays, à l’impossible nul n’est tenu. Lorsqu’il est particulièrement question de vous, je m’engage à faire en sorte que vous ayez quelques moyens pour vous exprimer à l’étranger. En plus, vous nous le rendez bien parce que vous ramenez les médailles », a conclu le ministre.

Légendes et crédits photo : 

Hugues Ngouélondélé encourageant les athlètes déficients intellectuels/Adiac

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire