Sondages Berci : victoire des opposants face aux pro-Kabila

0

La Commission électorale nationale indépendante (Céni) affirme avoir enregistré plus de 45 millions d’électeurs pour une population totale estimée entre 70 et 90 millions.

L’opposition remporterait l’élection présidentielle en République démocratique du Congo (RDC) face au camp du président sortant, Joseph Kabila, si elle avait lieu ces jours-ci, d’après des sondages présentés, vendredi dernier, par des experts étrangers à neuf mois de l’échéance électorale du 23 décembre. Le Bureau d’études, de recherches et de consulting international (Berci, tenu par des proches du porte-parole de l’opposant Moïse Katumbi) et le Groupe d’experts du Congo  de l’université de New York ont « conduit une série de sondages d’opinion politique représentatifs à l’échelle nationale à travers la RDC en février 2017, août 2017, novembre 2017 et janvier-février 2018 », affirment-ils dans le compte-rendu intégral de leurs études parvenues à l’AFP.

Pour chaque étude, ils affirment avoir interrogé par téléphone plus de mille personnes de plus de 18 ans dans les vingt-six provinces du pays (sauf celle du Tshuapa en janvier-février), indique la fiche méthodologique. Les auteurs revendiquent une marge d’erreur de plus ou moins 3%. Au total, 66% des Congolais voteraient pour des candidats d’opposition à l’élection présidentielle si elle avait lieu le 1er avril. « Par contraste, seuls 6% voteraient pour Kabila (ndr: qui n’a pas le droit de se représenter) et 17% pour un candidat issu de l’actuelle coalition au pouvoir« . De la même façon, 80% des sondés congolais déclarent avoir une mauvaise opinion du président Kabila.

Les deux opposants en tête sont l’ex-gouverneur Moïse Katumbi (24%), en exil à Bruxelles, et Félix Tshisekedi (13%), qui a été désigné le week-end dernier président – et candidat – du parti historique d’opposition UDPS. Les sondeurs ont curieusement proposé au choix des électeurs l’opposant Jean-Pierre Bemba (10%), alors que l’ex-chef de milice purge, à La Haye, une peine de prison après sa condamnation par la Cour pénale internationale. Conclusion des sondeurs dans le cadre d’une élection présidentielle à un tour: « Il est clair que le défi central de l’opposition, si les élections ont vraiment lieu en 2018, sera de surmonter les différences internes et les égo ».

Il apparaît que les Congolais plébiscitent les élections qui doivent préparer le départ du président Kabila, hors mandat constitutionnel depuis le 20 décembre 2016. « En février 2018, 97% des personnes interrogées ont déclaré s’être fait recensées pour le vote, ce qui correspond aux chiffres fournis par la Céni », écrivent les auteurs. La Céni affirme avoir enregistré plus de quarante-cinq millions d’électeurs pour une population totale estimée entre soixante-dix et quatre-vingt-dix millions. Au total 95% des personnes interrogées font part de leur intention de se rendre aux urnes pour les prochaines élections. Et pourtant, 69% de la population ne font pas confiance à la commission électorale en février 2018 – une chute de 26% par rapport à mi-2016.

De même, 72% de la population a une opinion négative de Corneille Nangaa, le président de la Céni, en février 2018, contre 57% en novembre. À 68% enfin, les personnes interrogées soutiennent les marches des catholiques organisées le 31 décembre et le 21 janvier pour demander au président Kabila de vraiment s’engager à quitter le pouvoir.

 

Légendes et crédits photo : 

Identification d’un électeur dans un bureau de vote

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire