Sommet RDC-Congo-Angola : la Tripartite appellent au calme avant les élections en RDC

0

Le président Joseph Kabila a accueilli ce mercredi à Kinshasa ses homologues du Congo-Brazzaville, Denis Sassou Nguesso, et de l’Angola, João Lourenço pour un sommet tripartite de 24 heures afin d’aborder des questions d’intérêt commun. Mais aussi du processus électoral en RDC.

Denis Sassou Nguesso du Congo-Brazzaville et Joao Manuel Gonçalves Lourenço de l’Angola, sont arrivés dans la journée dans la capitale congolaise pour un mini-sommet sur la sécurité dans les pays de la région de Grands lacs avec leur homologue de la RDC, Joseph Kabila.

Au-delà des questions d’intérêt régional, les échanges au cours de ce mini-sommet seront ainsi axés sur l’évaluation du processus électoral en RDC. Les trois présidents « ont lancé un appel à tous les acteurs politiques congolais et ceux de la société civile à se mobiliser en vue de la concrétisation de l’agenda électoral, dans l’unité, le clame et la paix », indique le communiqué conjoint reçu par VOA Afrique.

Ils réitéraient en fait l’appel à la retenue lancé lors de la 30e Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine tenue les 28 et 29 janvier à Adis-Abeba, rappelle le texte.

La RDC, en crise pour la non-tenue d’élections, est secouée par des marches anti-Kabila initiées par des laïcs catholiques. Les deux dernières tenues les 31 décembre et le 12 janvier, réprimées par les forces de sécurité, ont fait une quinzaine de morts, selon les organisateurs et l’ONU.

Les autorités ont interdit toute manifestation depuis octobre mais les laïcs catholiques ont appelé à une nouvelle marche le 25 février prochain.

L’opposition, mais aussi la société civile et les églises exigent l’application complète d’un accord politique négocié par des évêques catholiques le 31 décembre 2016 pour permettre le report des élections.

Le président Kabila, au pouvoir depuis 2001, avec un mandat expiré le 19 décembre 2016, s’est maintenu au pouvoir faute d’élections. La Constitution ne l’autorise pas à se représenter parce que déjà élu par deux fois à la tête du pays.

La CENI (Commission électorale nationale indépendante) a, en décembre, reporté une énième fois les élections pour le 23 décembre 2018, soit une année après la date prévue par l’accord politique.

Cette date ne pourra être respectée qu’avec l’usage de la machine à voter sujet à controverse dans le pays, a déclaré Corneille Nangaa, président de la CENI, dans une interview à VOA Afrique à Washington.

L’opposition et une bonne partie de la société civile « n’acceptent pas le recours à la machine à voter qu’ils suspectent d’être programmée en vue de faire passer la tricherie en faveur du pourvoir », a confié également à VOA Afrique, Patrick Ngoyi, de l’ONG Ligue des électeurs.

Face à la réticence de la communauté internationale à soutenir le processus électoral en cours sans instauration d’un climat politique apaisé, Joseph Kabila compte sur ses voisins. « En cas de besoin, comme lors des opérations électorales de 2011 lorsque l’Angola et le Congo-Brazzaville nous avaient prêté des hélicoptères, nous nous adresserons d’abord à nos amis », a confirmé Barnabé Kikaya Bin Karabu, le conseiller diplomatique du président Kabila.

La tripartite s’inscrit dans le cadre des « réunions désormais régulières entre les trois États voisins », a-t-il précisé. La dernière remonte au 9 décembre 2017 à Brazzaville.

Source : Media Congo

Laisser un commentaire