Slam : Perce2noble refait surface

0

Après un long moment d’absence, le slameur congolais revient avec deux morceaux dont les clips passent dans les médias audiovisuels. A savoir « Europe Afrique » et « Enveloppe charnelle ». Dans un entretien qu’il nous a accordé, il parle de sa carrière et de ses nouvelles activités artistiques.

Percedenoble est actuellement en préparation de featurings avec plusieurs artistes slameurs du pays et d’ailleurs pour la réalisation de son projet « Evasion de mots ». Il a comme collaborateurs artistiques Slam Pro du Burundi, John Alokpa du Togo, Mwasi Moyindo et Mariusca Moukengue du Congo.

Précurseur du slam au Congo depuis 2008 avec l’association Styl’oblique, seul collectif des slameurs en ces temps-là, Perce 2 Noble fut le premier à lancer à Brazzaville un nouveau genre de slam nommé slam acoustique.

Il est aussi le créateur d’un nouveau collectif de slam appelé Styl’X-PerceHeveil, constitué au départ des slameurs talentueux, Hardy Style, Xercess Gyrophare, Prodige Merveille, qui furent remplacés quelque temps après leur tournée internationale par La BRIZ, Costa, Black Penther, Théo, Mwasi Moyindo tout en changeant le nom du groupe par Styl’X- Clac. Aujourd’hui, après plusieurs obstacles pour pouvoir réunir le groupe, chacun évolue en solo. Dans cette foulée, Perce2Noble a participé à plusieurs festivals au pays et à l’étranger, à l’instar de Fish Mali et de Festi’Brazza à Brazzaville en 2016, avant un recul pour mieux avancer.

Comme difficultés rencontrées, il déplore, en effet, l’absence de soutien aux artistes par les autorités de la culture et des arts, un manque de mécènes, de producteurs et d’espace d’échange entre artistes professionnels et amateurs afin de partager l’expérience.

Ainsi, faute de soutien, Perce2Noble a manqué plus de trois résidences et spectacles à l’extérieur du pays. Mais loin de se décourager, il tient à la sortie de son album « Evasion de mots ». L’artiste pense aussi créer un festival de slam pour permettre l’échange culturel avec d’autres pays et motiver la jeune génération à l’exercice de cet art pour le pérenniser. Un art qui permet d’éduquer les masses et de sensibiliser aux fléaux de notre temps comme le sida, le cancer, la délinquance juvénile, l’immigration clandestine, les guerres, la pollution environnementale, etc.

Légendes et crédits photo : 

Le slameur congolais Percedenoble

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire