Selon le FMI, l’Afrique doit créer deux fois plus d’emplois pour absorber la hausse démographique

0

Le Fonds monétaire international appelle les pouvoirs publics subsahariens à « soutenir les secteurs nouveaux et émergents porteurs de croissance ».

L’Afrique subsaharienne doit accroître ses efforts au cours des prochaines années pour créer les millions d’emplois « dont sa population jeune » aura besoin au vu du dynamisme démographique de la région, estime dans un rapport le Fonds monétaire international (FMI). « L’avenir de l’emploi est déjà là et les décideurs doivent en tenir compte dès à présent », estime le FMI dans cette étude sur « les flux de capitaux et l’avenir de l’emploi » en Afrique subsaharienne, présentée jeudi 8 novembre à la presse.

Selon ce document, joint au rapport annuel de l’organisation internationale, 20 millions de créations nettes d’emplois par an seront nécessaires sur les deux prochaines décennies pour « absorber les nouveaux arrivants sur les marchés du travail ». Or actuellement, seuls 10 millions d’emplois sont créés chaque année, d’après le FMI, qui appelle les pouvoirs publics à « soutenir les secteurs nouveaux et émergents porteurs de croissance » pour développer l’activité.

D’après le rapport, une croissance plus élevée, de l’ordre de 6 % en moyenne entre 2018 et 2022, contre 4 % retenus par le FMI dans son scénario de référence, pourrait accélérer la progression de l’emploi de 0,6 à 0,8 point de pourcentage à moyen terme. Cela porterait la création nette totale d’emplois dans la région subsaharienne à « environ 16 millions de postes [par an] d’ici à 2022 », soit « un chiffre plus proche des 20 millions nécessaires », souligne-t-il.

« Quatrième révolution industrielle »

Pour cela, le FMI préconise d’« investir dans des systèmes éducatifs flexibles » pour assurer une « capacité d’adaptation et de formation tout au long de la vie » et d’« approfondir l’intégration commerciale » pour favoriser l’essor d’un « grand marché intérieur ». Il recommande par ailleurs de « promouvoir une urbanisation intelligente » pour rendre les villes plus « fonctionnelles » et de « favoriser la connectivité » numérique pour « favoriser l’émergence de nouvelles formes d’activité économique ».

« L’avenir de l’emploi dans les pays africains dépendra de facteurs mondiaux et des interactions entre ces facteurs et les évolutions nationales et régionales », souligne le FMI, qui s’intéresse à l’impact que pourrait avoir la dernière vague de progrès technologique sur la région.

Cette vague, parfois qualifiée de « quatrième révolution industrielle », « pourrait augmenter la productivité » des pays concernés en leur permettant de « se passer de technologies obsolètes et de certaines infrastructures ». Mais elle pourrait aussi « créer des problèmes » en favorisant la « relocalisation d’activités manufacturières vers les pays avancés », ce qui compromettrait « le modèle traditionnel de croissance tiré par les exportations ».

« L’enjeu pour les décideurs » consiste donc à « conserver une attitude ouverte à l’égard des différentes stratégies de croissance », prévient le rapport.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire