Santé : un forum sur la lutte contre le sida tenu à Pointe-Noire

0

L’activité a été organisée, les 29 et 30 novembre, par la Fondation Avsi, en partenariat avec Avenir positive et le Club des jeunes pour l’éducation sexuelle et à la santé. 

 

 

 

Le premier forum d’examen de la situation du sida au Congo a regroupé les représentants des structures sanitaires, des administrations publiques de Pointe-Noire et du Kouilou, les ONG et les associations de lutte contre la pandémie. Les deux jours d’échanges ont été coordonnés par la Fondation Avsi que dirige Caterina Cipriani, dans le cadre de son projet d’amélioration de la qualité de vie des enfants et adolescents infectés par le VIH-sida et de leurs familles à travers la prise en charge médicale, psychosociale, éducative et la mise en place des activités génératrices de revenues, projet financé par l’Union européenne. Les participants ont fait l’état des lieux de la situation du virus sida au Congo en général et dans les départements du Kouilou et Pointe-Noire en particulier, dans l’intérêt d’améliorer la mise en œuvre efficace de la politique nationale de lutte contre cette maladie. 

Plusieurs présentations ont été faites dont celle du médecin chef du Programme national de lutte contre le sida au Congo, le Dr Cécile Mapapa. Elle a présenté un exposé très riche en informations sur les stratégies de lutte contre cette pandémie dans le pays, édifiant les participants sur les réformes intervenues au niveau du ministère de la Santé, notamment au Conseil national de lutte contre le sida et les épidémies ( CNLSE) avant CNLS, désormais géré par un directeur exécutif, et la mise en place d’une structure  pour l’achat des anti retroviroaux (ARV).

Le Dr Cécile Mapapa a, par ailleurs, informé que le taux  de prévalence chez les jeunes filles de 15 à 25 ans a augmenté. « Au niveau du Congo, la prévalence a légèrement baissé. Mais, au niveau des jeunes filles, nous avons un taux qui a galopé, également au niveau de la population-clé, à savoir les hommes ayant des rapports sexuel avec les hommes où la prévalence a augmenté de 58 %  ainsi que chez les professionnelles de sexe », a-t-elle indiqué.

Elle a poursuivi qu’au regard des ces données, sa structure a orienté beaucoup d’action au niveau de la population-clé et des jeunes filles. Elle a aussi souligné la nécessité de renforcer la prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant où le taux de prévalence est élevé. Satisfaits des informations reçues,  les participants au premier forum d’examen de la situation du sida au Congo ont, a travers trois groupes de travail, réfléchi sur les stratégie de sensibilisation et prévention, la prise en charge psychologique et médicale des personnes vivant avec le VIH (PVVIH) et leurs droits.

Naissance d’un réseau d’intervention dans la lutte contre le sida à Pointe-Noire et Kouilou

Après des échanges en ateliers et face à la nécessité de la prise en charge des PVVIH, les participants au forum ont sollicité du gouvernement de rendre disponibles les moyens financiers à travers les lignes budgétaires pour le recrutement du personnel psychologique, social, médical et paramédical ; la formation pour l’amélioration et le renforcement  des capacités  du personnel actuel; l’approvisionnement régulier des médicaments ARV; la gratuité pour le traitement des IO déclarées; la disponibilité des réactifs et consommables pour les examens biologiques de suivi ; la prévision des supports et outils de communication pour la lutte contre le sida et les infections sexuellement transmissibles;  l’organisation du plaidoyer vers le secteur privé pour la mobilisation  des ressources; la prise des textes d’application  relatifs à la loi n°30/2011 et vers le ministère de la Santé à propos des ruptures  des intrants  et de la vente illicite des ARV.

Ces acteurs ont demandé aussi la réalisation des études approfondies sur les résistances liées aux us et coutumes pour combattre les préjugés; une couverture médiatique gratuite pour les activités liées à la lutte contre le VIH-sida; l’inclusion de la prise en charge nutritionnelle au niveau opérationnel et central pour l’amélioration de cette prise en charge; la création d’une plate-forme organisant les acteurs juridiques, sanitaires, sociaux… pour favoriser le partage d’information et d’action au niveau local, national et international.

A la fin des travaux, la fondation Avsi, très fière de la tenue réussie de cette activité, a remercié tous les acteurs pour leur contribution. Cependant ,Jean Claude Bassoumba, consultant de la Fondation, a promis corriger les failles constatées au cours de ces asises. Clôturant les travaux, le représentant de la directrice départementale de la Santé au Kouilou, Martin Apoula, a félicité les participants pour leur sens de responsabilité. « Nous voici détenteurs des recommandations capables de nous projeter vers la réalisation et l’atteinte des 90-90-90. Œuvrons donc ensemble pour la mobilisation des ressources car, elle constitue un des principaux goulots d’étranglement de notre mission. Un réseau d’intervention dans la lutte contre le sida à Pointe-Noire et le Kouilou est né dans cette salle et c’est à nous de le faire grandir et conduire vers le succès », a-t-il souligné.

 

 

 

Légendes et crédits photo : 

La photo de famille /Adiac

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire