Santé publique : des discussions pour améliorer le financement du secteur privé

0

Le ministère de tutelle a organisé, le 6 décembre à Brazzaville, une table ronde préparatoire avec ses partenaires financiers pour réfléchir sur les modalités de faciliter l’accès des opérateurs dans le domaine au financement public-privé.

La réunion préparatoire a été organisée dans le cadre du partenariat public-privé. Au cours de celle-ci, les experts et techniciens du ministère de la Santé, les professionnels du secteur privé ainsi que les organismes financiers ont réfléchi sur les enjeux et défis, mais aussi les stratégies à mettre en œuvre pour mobiliser les financements au profit de ce secteur.

« Quand un Congolais a un problème de santé, il fait en premier recours au secteur privé. Ce privé mérite donc une attention particulière. Pour l’encourager, il faut un financement conséquent. Au cours de cette rencontre, nous allons donc réfléchir sur la manière de rendre ce secteur attractif aux financements », a expliqué le Pr Charles Bileko, inspecteur général de la Santé, qui a supervisé les travaux.

L’objectif global du ministère de la Santé et de la population est de permettre au secteur privé de jouer pleinement son rôle, en offrant aux Congolais des soins de santé de qualité.  D’après les statistiques publiées à cette occasion, ce secteur contribue à plus de 50% dans le système national de santé.

Cette démarche intègre la vision et les missions du Programme de développement des systèmes de santé qui accorde une place de choix au secteur privé. Dans le même cadre, le ministère de la Santé a signé récemment un protocole d’accord avec l’Alliance du secteur privé de la santé, visant l’amélioration du climat des affaires dans ce domaine.

Cet accord s’appuie sur quatre composantes dont la révision du cadre juridique et règlementaire ; le renforcement du dialogue public-privé et la gouvernance du système national de santé; la facilitation à l’accès aux financements publics-privés et aux formations sanitaires du secteur privé.

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire