Santé mentale au travail : plus de 300 millions de personnes au monde souffrent de dépression

0

La journée mondiale de la santé mentale a été célébrée, cette année, sur le thème : « la santé mentale au travail ». L’occasion pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de sensibiliser aux problèmes de santé mentale et de mobiliser les efforts pour son amélioration.

« Le travail est bon pour la santé mentale. La dépression et les troubles de l’anxiété sont des problèmes courants de santé mentale qui agissent sur notre capacité à travailler et sur notre productivité », a rappelé, le 10 octobre, l’OMS à cette occasion.

L’OMS souligne que les employés et les dirigeants, qui mettent en place des initiatives de promotion de la santé mentale au travail et soutiennent les employés atteints des troubles mentaux observent une amélioration de la santé des employés mais aussi de leur productivité. En revanche, un cadre de travail négatif peut entraîner des problèmes de santé physique et mentale, l’usage nocif de substances ou d’alcool, l’absentéisme et une perte de productivité.

Selon l’Organisation basée à Genève, plus de 300 millions de personnes au monde souffrent de dépression, la principale cause d’incapacité. Plus de 260 millions présentent des troubles de l’anxiété. Un grand nombre vit avec les deux pathologies. Un étude récente menée par l’OMS révèle que la dépression et les troubles de l’anxiété coûtent à l’économie mondiale 1000 milliards de dollars par an en perte de productivité.

Dans le cadre de son plan d’action mondial pour la santé des travailleurs 2008-2017 et de son plan d’action globale pour la santé mentale 2013-2020, l’OMS décrit les principes, objectifs et stratégies d’application appropriés pour favoriser la santé mentale au travail. Il s’agit de s’occuper des déterminants sociaux de la santé mentale, comme le niveau de vie et les conditions de travail ; les activités de prévention et de promotion de la santé et de la santé mentale, y compris celles pour réduire la stigmatisation et les discriminations ; et l’extension de l’accès, par le développement des services de santé, à des soins scientifiquement fondés, notamment l’accès aux services de médecine du travail.

Dans le cadre du programme d’action de l’OMS « Combler les lacunes en santé mentale (mhGAP) », qui fournit des outils pour des soins scientifiquement fondés, les instruments techniques de l’OMS pour l’identification précoce et la prise en charge des troubles liés à la consommation d’alcool ou de drogues et pour la prévention du suicide peuvent aussi être utiles pour améliorer la santé mentale au travail.

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire