Santé : l’école paramédicale de Brazzaville fait peau neuve

0

Bâtiments réhabilités, murs repeints, l’école paramédicale et médico-sociale Jean Joseph Loukabou affiche désormais une nouvelle image, après les travaux de réfection. Elle a également été dotée d’un amphithéâtre de 150 places, d’une salle de conférence, d’un laboratoire, des salles de classes adéquates et d’autres structures.

D’une durée de dix mois, les travaux de réhabilitation de cet établissement ont coûté 701.000.631de francs CFA. « Les travaux ont concerné, entre autres, la réhabilitation des bâtiments ; l’extension des salles de classe ; la construction d’un laboratoire, d’un amphithéâtre et d’un bloc administratif. Cette école a été équipée des toilettes extérieures, d’un local technique abritant le groupe de secours de 100kva », a expliqué le directeur en charge desdits travaux Eugène Emmanuel OKOKO.

La société Sicaf qui a exécuté les travaux, a officiellement remis les clés de l’école le 7 septembre, à la ministre de la Santé et de la Population, Jacqueline Lydia Mikolo qui les a transmises à son collègue de l’Enseignement technique et professionnel, de la formation qualifiante et de l’emploi Antoine Thomas Nicéphore Fylla Saint Eudes.  

« Je ferai de mon mieux de mettre à la disposition des apprenants, des médecins professionnels déjà en exercice afin de leur apporter le savoir-faire nécessaire » a indiqué la ministre de la Santé et de la population.

Après avoir réceptionné les clés, le ministre de l’Enseignement technique et professionnel a déclaré : « Je transmets les clés à la direction générale de l’école en leur demandant d’en prendre soin, car c’est une école de santé, et donc la propreté doit être de mise ».

La directrice de cet établissement Marie Gisèle Tsiabola a signifié que « la réhabilitation de l’école paramédicale de Brazzaville va apporter un plus dans l’enseignement. Autrefois, nous avions des difficultés sur le plan des infrastructures, et le fait que l’école ait été réhabilitée, nous aidera à former dans des conditions adéquates, les jeunes agents de santé qui sont l’avenir de notre pays ».

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire