Santé : le Congo honore peu à peu ses engagements en matière d’acquisition des vaccins

0

Après avoir amorcé sa sortie progressive de l’éligibilité de Gavi, pour l’acquisition gratuite des vaccins, le pays vient de se doter sur fonds propre de 450.000 doses de pentavalent. Un vaccin protégeant contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, l’hépatite B et l’haemophilus influenzae B, a expliqué le médecin chef du Programme élargi de vaccination (PEV), le docteur Alexis Mourou Moyoka.

Les doses de pentavalent disponibles à la PEV couvriront les besoins en vaccination de routine de juillet 2017 à mars 2018 sur toute l’étendue du territoire national. « L’un des objectifs de la vaccination au Congo c’est l’élimination du tétanos néonatal. Les mères doivent donc être vaccinées tout comme les nourrissons doivent l’être à partir de deux mois », a indiqué le docteur Alexis Mourou Moyoka qui a, par ailleurs, souligné que le pentavalent est la pierre angulaire de la vaccination de routine.  Ce vaccin ne doit pas manquer même lorsque l’on dispose de plusieurs autres antigènes.

En dehors du pentavalent, la PEV a acquis d’autres intrants, notamment les fridge tag. Ceux-ci permettent de garantir la qualité des vaccins, de veiller à la température de conservation et de signaler tout dysfonctionnement pouvant altérer le vaccin. Ainsi, les vaccins ne peuvent pas subir les altérations liées à la rupture de l’électricité ou à d’autres paramètres logistiques, à en croire le docteur Alexis Mourou Moyoka. Les conditions de conservation, selon lui, répondent aux normes. Les chambres froides dont dispose la PEV peuvent contenir tous les vaccins dont la structure a besoin. « Nous bénéficions encore de l’appui de Gavi sur d’autres aspects de la vaccination notamment la chaine de froid. Au plan national, un inventaire de la chaine de froid est en cours de finalisation avec l’appui de l’Unicef. Il débouchera sur un plan de réhabilitation prenant en compte les faiblesses constatées pour faire en sorte que toute la chaine de froid sur le territoire national soit aux normes », a-t-il déclaré.

Le docteur Alexis Mourou Moyoka a salué les efforts du gouvernement qui, à travers le ministère de la Santé et de la population, supporte à 100% l’achat des vaccins, à l’heure actuelle. « Le retrait de Gavi qui interviendra définitivement en décembre 2017 ne doit en aucun cas  occasionner la rupture du vaccin ou de la vaccination.  Si les enfants ne sont pas vaccinés, il y aura des épidémies dont la prise en charge aura des répercussions sur le plan économique », a indiqué le médecin chef Alexis Mourou Moyoka. Grâce à la coopération sino-congolaise, le Congo acquerra un vaccin contre les pneumonies. Il s’agit du PCV 13.

En rappel, Gavi est l’Alliance Globale pour le Vaccin et l’Immunisation. Le but de la structure est d’accélérer les progrès des pays pauvres dans les possibilités d’accès des enfants à la vaccination. C’est à ce titre que le Congo a bénéficié de l’appui de Gavi de 2003 à 2011, année où la sortie progressive du pays de l’éligibilité a été amorcée, pour prendre complètement fin en décembre 2017. Ainsi, le gouvernement a déjà commencé à prendre entièrement en charge l’achat des vaccins et les coûts opérationnels de la vaccination. Tel est le cas du pentavalent.

 

 

Légendes et crédits photo : 

Photo : lot de pentavalent

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire