Sanctions de l’UE : Lambert Mende fustige « l’agression de la RDC par la Belgique »

0

« Je suis très fier d’avoir été épinglé par des gens que je critique, je me sens fier d’être un des Congolais qui résiste à la tentation néo colonialiste… », dixit le porte-parole du Gouvernement hier, mardi 20 juin 2017, au cours d’une conférence de presse.

Le porte-parole du Gouvernement se moque des sanctions de l’Union européenne et des Etats-Unis à son égard. Lambert Mende précise que la RDC ne restera pas sans réponse face à ces sanctions qu’il qualifie d’ « agression » contre les autorités congolaises. Il affirme que l’Exécutif mène une« réflexion » afin de répondre à ces punitions contre certains officiels congolais, ajoutant qu’il ignore encore les raisons de la sanction contre lui.

« Je ne comprends pas pourquoi j’ai été sanctionné il n y a aucune explication à cela. Je crois que les libertés ne sont plus respectées. On nous refuse d’agir comme un Gouvernement responsable parce que nous voulons faire appliquer la loi de notre pays […] ils m’ont sanctionné, mais je reste toujours porte-parole du Gouvernement. Mon rôle est d’appliquer la loi », a-t-il dit fièrement.

Le ministre des Médias exprime sa satisfaction après avoir été épinglé sur la liste de personnes sanctionnées. « Je suis très fier d’avoir été épinglé par des gens que je critique, je me sens fier d’être un des Congolais qui résiste à la tentation néo colonialiste. Je n’ai aucune intention de visiter les pays européens, j’ai passé 10 ans en Europe pendant mon exil et je suis rentré librement dans mon pays. Et je n’ai plus envie, je n’ai plus aucun compte en Europe, si eux trouvent mes avoirs, ils peuvent les prendre en cadeau », fait savoir Lambert Mende d’un ton sec.

« LA BELGIQUE CHERCHE A DESTABILISER LA RDC »

« La Belgique ne cesse de revendiquer la RDC comme sa propriété elle cherche sa déstabilisation », a-t-il déclaré. C’est que Lambert Mende y croit dur comme fer. Kinshasa pointe du doigt Bruxelles comme seul responsable de diverses pressions sur les autorités congolaises notamment en ce qui concerne la crise politique, la crise sécuritaire dans les Kasaï illustrées entre autres par la présence de fausses accusations. Le porte-parole du Gouvernement accuse tout simplement la Belgique de tentative de « recoloniser » la RDC. « Depuis peu, les rumeurs, les campagnes d’intoxication et des pressions de plus en plus grossières, œuvre de quelques adeptes du chaos, sinon de la disparition de la RDC au profit de leurs intérêts particuliers », martèle Lambert Mende, ajoutant que « les velléités de colonisation sont toujours là ».

Le Gouvernement congolais, par la voix de son porte-parole, accuse aussi certains acteurs politiques de l’Opposition et des activistes des droits de l’homme de s’être fait enrôler pour aider la « Belgique à accomplir son plan de balkaniser la RDC ». Le Gouvernement congolais s’inquiète du fait qu’ « après les sanctions unilatérales contre plusieurs personnalités politiques et militaires congolaises, ces officines en sont venues à présent à imaginer des incriminations virtuelles répandues non seulement sur les réseaux sociaux, mais aussi dans des médias traditionnels ayant pignon sur rue pour condamner sans aucune forme de procédure des patriotes mis à l’index. Ce, dans le seul but de nuire à leur réputation et aggraver de la sorte la fragilité de l’Etat congolais qu’ils servent », se plaint-il.

ALEXIS THAMBWE ET LE « LIVRE BLANC »

L’homme au verbe facile se dit indigné de « folles rumeurs » faisant état d’une interpellation « purement imaginaire » du ministre de la Justice en Belgique. D’après Lambert Mende, « Alexis Thambwe Mwamba faisait escale à Bruxelles en route pour Genève en Suisse où il était attendu pour, entre autres, délivrer un message ainsi que la position officielle du Gouvernement au Conseil des Droits de l’homme de l’ONU ». Message qui du reste pour lui « se rapporte aux graves événements qui ont endeuillé la RDC en général et deux des cinq nouvelles provinces issues du Grand Kasaï en particulier et qui ont par ailleurs fait l’objet de la publication d’un livre par le ministère congolais des Droits humains. Le « Livre blanc », c’est son intitulé, est en train d’être présenté au Conseil des droits de l’homme à Genève.

Coproduit par les ministères de l’Intérieur, de la Justice et des Droits humains, « Livre blanc » du Gouvernement, précise Lambert Mende, qui en est en son premier tome est une synthèse des péripéties ayant conduit aux événements tragiques connus sous l’étiquette de phénomène Kamwena Nsapu. « Un phénomène que d’aucuns ont voulu considérer comme une simple manifestation politique jusqu’au terrible drame de l’assassinat dans des conditions particulièrement atroces de deux experts des Nations unies dont l’un fut tout simplement décapité ».

Source : Media Congo

Laisser un commentaire