Rossy Mukendi : sa pierre tombale et son buste inaugurés à Kinshasa !

0

En marge de la célébration du premier anniversaire de sa mort, une série d’activités a été organisée par 27 mouvements citoyens, entre samedi 23 et lundi 25 février 2019. Feu Rossy Mukendi Tshimanga a été doublement honoré par sa famille, ses amis, proches et connaissances. Tout d’abord, un buste en son honneur a été inauguré dans la résidence familiale à Makala. Par la suite, la messe de requiem a été dite le jour suivant, soit lundi 25 février 2019, à la paroisse Saint Benoît. Comme si cela ne suffisait-il pas, la pierre tombale de l’illustre disparu a connu son inauguration à la Nécropole entre terre et ciel de la N’sele, en marge de la commémoration d’une année de son meurtre, en présence de beaucoup de partisans des mouvements citoyens.

«Le peuple gagne toujours ». Oui, jusqu’à ce jour, cette phrase mythique, l’œuvre de l’activiste du mouvement citoyen ‘’Collectif 2016’’, Rossy Mukendi Tshimanga, continue à retentir dans les mémoires de ceux ou celles qui le connaissaient de loin et de près. Tué le 25 février 2018, dans l’enceinte d’une paroisse à Lemba, alors qu’il s’apprêtait à prendre part à la marche pacifique des chrétiens catholiques, ce dernier vient d’être immortalisé à travers une statuette, érigée en son honneur, grâce à des efforts conjugués par la Députée nationale, Christelle Vuanga. A la veille de la célébration d’une année parachevant sa disparition tragique, plusieurs activités ont été organisées par les mouvements citoyens en RD Congo.

Vraisemblablement, c’était également une occasion primordiale, pour réclamer que le nom de Rossy Mukendi Tshimanga, soit inscrit au panthéon de l’histoire, c’est-à-dire, la reconnaissance de celui-ci, parmi les Héros nationaux, à l’instar de Patrice Emery Lumumba et Mzee Laurent- Désiré Kabila. Le mouvement citoyen dénommé « collectif 2016 », avec le concours de la famille biologique de l’illustre disparu, a tenu à lui rendre des hommages dignes d’un guerrier. Pour ce faire, très proche de la lutte de Rossy Mukendi, l’ancienne journaliste engagée, devenue Députée nationale, s’est-elle distinguée en rendant des vibrants hommages mérités à cet illustre disparu, en inaugurant le buste du défunt. Cet acte, louable soit-il, a véritablement honoré le combat pour « l’alternance», qu’il prônait de son vivant, et aujourd’hui devenue un acquis manifestée notamment, par l’avènement d’un opposant à la tête du pays.

Pour rappel, la mort brusque de l’activiste pro démocratie, a réussi à ôter la vie de son père quelques jours après l’assassinat de son fils, en qui il a beaucoup investis. D’ailleurs, à ce sujet, son frère Yannick Tshimanga, qui en outre a vécu cette scène des fusillades, refuse d’oublier la douleur intense, laquelle a terrassé la grande famille Tshimanga.  « La mort de Rossy aura toujours été pour moi un moment d’émoi. La mort de Rossy a emporté également mon père de suite des tortures psychologique qu’il avait subi », lâche-t-il, visiblement, affaibli par la disparition de deux membres de sa famille biologique.

Pour ceux qui ne le savent pasRossy Mukendi, 36 ans, activiste pro-démocraties, a été fauché par une balle qui l’a atteint sur le flanc de la poitrine, il décéda quelques heures plus tard. Il était fidèle et proche collaborateur de Feu le professeur Philippe Biyoya, avec qu’ils ont signé plusieurs articles. Il était assistant des universités et défenseurs des droits de l’homme. Père de deux enfants dont Kelly Tshilanga Mukendi et Tempérance Ditalala Mukendi.  Jusqu’à ce jour, sa famille, amis, proches et connaissances réclament que  justice soit faite, et que ceux qui l’ont tué puissent répondre de leurs actes. Ce faisant, l’instauration d’un Etat de droit deviendra, à les en croire, une réalité.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire