Roland-Garros 2018 : premier sacre en Grand Chelem pour la Roumaine Simona Halep

0

Au terme d’une superbe finale dans le tableau féminin de Roland-Garros 2018, la Roumaine Simona Halep a décroché son tout premier titre sur la terre battue parisienne. Elle s’est imposée en trois manches face à l’Américaine Sloane Stephens.

Un an après le sacre inattendu de la Lettone Jelena Ostapenko, le tableau féminin de Roland-Garros est cette fois revenu à la raison. Au terme d’une superbe finale face à l’Américaine Sloane Stephens, la Roumaine Simona Halep est parvenue à décrocher le premier Grand Chelem de sa carrière. Une consécration obtenue en trois manches (3-6, 6-4, 6-1) pour la numéro un mondiale, qui avait jusqu’alors accumulé les frustrations sur les tournois majeurs. Finaliste malheureuse de l’Open d’Australie en janvier, elle avait également laissé passer sa chance par deux fois à Paris, en 2014 et en 2017.

Cette édition 2018 marque donc le début d’une nouvelle ère pour Halep, qui a enfin brisé le signe indien. Menée pourtant d’un set et d’un break (3-6, 0-2) au cours d’une finale de très haute volée, elle ensuite parvenue à hisser son niveau de jeu et arracher un troisième set sous les vivas d’un court Philippe Chatrier totalement acquis à sa cause (6-4). Un soutien grâce auquel elle a finalement triomphé au terme d’un dernier acte à sens unique (6-1).

Stephens n’est plus « Madame 100 % »

Et pour l’anecdote, la Roumaine pourtant si friable lors des grands rendez-vous se sera offert le luxe de priver Sloane Stephens d’un enviable surnom : « Madame 100 % ». La numéro 10 mondiale, qui franchissait pour la première fois les 8es de finale sur l’ocre de la porte d’Auteuil, avait remporté ses six finales précédentes sur le circuit, dont celle de l’US Open en 2017.

Reste qu’au-delà de la frustration d’une première finale perdue à Paris, cette quinzaine sonnera tout de même comme une belle revanche pour l’Américaine, qui avait glissé jusqu’à la 957e place mondiale au mois de juillet 2017, freinée par une fracture de fatigue au pied gauche qui l’avait tenue hors des courts durant onze mois. S’en était suivie une trajectoire sinusoïdale, puisqu’après le triomphe de l’US Open, elle avait enchaîné huit défaites consécutives entre septembre 2017 et janvier 2018, avant de resurgir. Et il s’en est fallu de peu pour qu’elle concrétise magistralement ce retour au premier plan. Mais après trois finales frustrantes ces quatre dernières saisons, le temps d’Halep était cette fois venu, quarante ans après le dernier succès d’une de ses compatriotes à Roland, Virginia Ruzici. Et c’est elle qui, aujourd’hui, est en charge de la carrière de la nouvelle pépite du tennis roumain.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire