Révision des listes électorales : Pas de bureaux d’enrôlement dans les villages et quartiers

0

L’opération de révision extraordinaire des listes électorales a commencé le 10 mai sur l’ensemble du territoire national. À Brazzaville comme à l’intérieur du pays, tous les bureaux d’enrôlement des futurs électeurs sont installés dans les sièges des mairies d’arrondissements et des sous-préfectures.

Le vice- président de la commission d’enrôlement du troisième arrondissement de Brazzaville, Poto-Poto, André Daniel Botota a indiqué que cette innovation est fortement boudée par les populations qui sont parfois confrontées à des difficultés de transport pour se rendre au siège de la mairie d’arrondissement ou de la sous-préfecture.

La situation, a-t-il ajouté, est plus grave à l’intérieur du pays où tous les bureaux d’enrôlement sont installés dans les sièges des sous-préfectures. Auparavant, a-t-il indiqué, ils étaient installés dans les villages et les quartiers.

  En dépit de ce changement, a-t-il noté, la journée du 10 mai était consacrée à l’affichage des listes.  L’enrôlement proprement dit a commencé le 11 mai, a-t-il indiqué. « Beaucoup de personnes ne sont pas encore informées. Nous sollicitons le concours de la presse, des responsables des partis politiques et associations ainsi que des futurs candidats pour inviter les populations à se rendre en grand nombre dans les sièges des sous-préfectures et des mairies d’arrondissement pour l’enrôlement », a-t-il conclu.

De son côté, le rapporteur de la commission d’enrôlement du sixième arrondissement de Brazzaville, Jean Amboua nous a fait savoir que Talangai a débuté l’affichage des listes électorales le 9 mai ; si bien que, a-t-il expliqué, les listes des deux grands quartiers de l’arrondissement sont déjà affichées et les futurs électeurs ont commencé à les consulter pour les éventuelles réclamations.

L’objectif de la révision extraordinaire des listes électorales, a-t-il rappelé, est de soustraire des listes les personnes décédées ou ayant changé d’arrondissement ou de village de résidence et d’insérer les jeunes âgés de dix-huit ans et plus. À la fin de l’opération, la commission souhaite élaborer des monographies qui n’appellent pas des contestations.   

 

  

 

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire