Retour manqué : Moïse Katumbi bloqué en Zambie

0

Malgré sa volonté et sa détermination de rentrer dans son pays, l’ex-gouverneur du Katanga a fait face, le 3 août, à une muraille costaud constituée des éléments de la police qui l’ont empêché de se rendre à Lubumbashi via le poste-frontière de Kasumbalesa, après le refus des autorités de lui accorder l’autorisation d’atterrir à l’aéroport de la Luano.  

-C’est un véritable chemin de la croix que les autorités provinciales du Katanga ont fait subir, le 3 août, à Moïse Katumbi Chapwe dont le droit de retour dans son fief de Lubumbashi lui a été refusé, au grand désenchantement de ses partisans mobilisés par milliers pour l’accueillir. Le jet qui raccompagnait l’ex- gouverneur du Katanga et sa suite n’a pas reçu l’autorisation nécessaire pour atterrir à l’aéroport de la Luano. Activant le plan B, Moïse Katumbi mettra alors le cap sur la Zambie, précisément au poste frontière de Kasumbalesa, en tentant, par route cette fois-ci, de gagner Lubumbashi où la tension était déjà perceptible.

Ayant appris la nouvelle, de nombreux sympathisants et membres de la plate-forme « Ensemble » ont vite pris la direction de l’axe Lubumbashi- Kasumbalesa, bravant, au passage, les barrières de la police et les tirs de sommation pour les en dissuader. Certains, apprend-on des sources locales, ont été bloqués au niveau du poste de Kisanga tandis que d’autres ont carrément forcé le passage jusqu’au poste douanier de Kasumbalesa (côté zambien) où ils ont été interpellés par la police zambienne. Sur ces entrefaites, la police a dû recourir aux gaz lacrymogènes pour disperser des manifestants de plus en plus nombreux qui cherchaient à franchir la frontière. Il est fait état des blessés graves et de deux morts lors des affrontements entre la police et les partisans de Moïse Katumbi, dont l’un aurait reçu un coup de projectile à la tête avant de s’écrouler de tout son poids sur le sol.  

C’est sur ces entrefaites que l’ex-gouverneur du Grand Katanga a pu, selon une certaine version, accomplir ses formalités administratives du côté de la douane zambienne avant de gagner à pied, sous forte escorte populaire, la direction générale de migration (DGM) pour les mêmes raisons. Il était resté bloqué longtemps dans la zone neutre, entouré des milliers de ses sympathisants, visiblement abattu étant entendu qu’aucun service n’était opérationnel du côté congolais de la frontière. Les services étaient carrément fermés autant que la barrière. Aucun agent administratif de la DGM n’était présent pour recevoir l’opposant qui aurait fait le pied de grue pendant de longues heures, sans espoir d’accéder sur le territoire congolais. Moïse Katumbi qui était à la tête d’une délégation de cadres de sa plate-forme « Ensemble » dont Olivier Kamitatu, son directeur de cabinet ou encore Francis Kalombo, a du rebrousser chemin pour regagner l’aéroport de Ndola, en Zambie, où son jet avait atterri quelques heures auparavant.  

Une autre version allègue que l’ex-gouverneur, qui s’est vu refuser l’autorisation de traverser la frontière par la douane zambienne, s’est ravisé de poursuivre son itinérance, bloqué par l’immigration zambienne. Rendez-vous manqué donc pour le richissime homme d’affaires qui avait promis à ses partisans de rentrer au pays par la grande porte et ce, contre vents et marrées. Sa réaction recueillie par la chaîne BBC a été celle d’un homme complètement frustré qui ne s’imaginait pas un tel scénario. « Ils ont dit que j’avais des dossiers au tribunal et me traitent de mercenaire et de je ne sais pas de quoi ! Alors pourquoi ne veulent-ils pas me faire passer ? Je suis là, je rentre chez nous et je serai candidat ! Tout ce qu’ils sont en train de faire, c’est de m’empêcher car ils n’ont pas une base juridique pour m’arrêter ! Donc, si c’est cela qu’on appelle la justice, je suis désolé… », s’était-il exprimé, avant de rejeter d’un revers de main sa prétendue nationalité italienne: « Je suis Congolais et je suis là avec mon passeport semi-biométrique et je suis en train de retourner avec au pays ».

Comme quoi, le bras de fer qui oppose Katumbi au gouvernement est encore bien loin de donner son verdict final. Wait and see.     

Légendes et crédits photo : 

Moïse Katumbi à Kasumbalesa

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire