Reprise du procès « Coup d’Etat monté et manqué de 1975 » à la Haute Cour Militaire

0

La Haute Cour Militaire(HCM), siégeant en matière de Révision  dans le dossier  inscrit au RR N° 001/2010 dans l’affaire sénateur Raymond Omba Pene Djunga contre l’Auditeur Général et le Ministère Public dans ce qui est connu comme   » Coup d’Etat monté et manqué  de 1975  » a repris l’instruction de ce feuilleton judiciaire le vendredi 8 juin. C’était au terme d’une audience publique  organisée au Palais de Justice, à Kinshasa/Gombe.

Cette audience publique reprend 10 ans après l’introduction de la requête tendant à obtenir la révision de l’arrêt du Conseil Général de Guerre de 1975 par le sénateur Omba, ancien chef de la sécurité de  feu le président Mobutu, suite aux déclarations faites par le Lieutenant Kabamba, du haut de la tribune de la conférence Nationale Souveraine(CNS), affirmant qu’il a été manipulé par le président Mobutu pour nuire aux officiers supérieurs et subalternes de l’armée, ainsi qu’aux civils dont le sénateur Omba, aujourd’hui requérant.

Bien qu’absent du pays, le sénateur Omba a été représenté par ses avocats, Me Franck Mulenda  et Me Swala Tenabole, tous avocats au Barreau de Kinshasa/Gombe. La particularité  de l’audience de ce vendredi a été la présence d’un nouveau renseignant. Il s’agit du Colonel Alphonse Muaribu, commandant pilote VIP à la Présidence de la République sous Mobutu, condamné dans la même affaire.

Bien avant de passer à l’interrogatoire, le président de la HCM a tenu à rappeler pourquoi cette lenteur dans l’examen de ladite question en révision. Le Général Nyembo a évoqué l’indisponibilité des avocats pendant que Me Swala Tenabole, conseil du Colonel Omba, rappelait que l’excuse était plutôt sur l’absence prolongée de certains magistrats de la composition.

A cette occasion, les avocats de la défense ont tenu à circonscrire le cadre  dans le quel leur client a pu introduire sa requête de faits nouveaux.   Pour le MP, il y a des préalables avant de poursuivre le débat au fond. Il tient à la production par la partie requérante de soubassement de la déclaration du Général Singa et lieutenant Kabamba pour éclairer la religion de la HCM afin que celle-ci sache à quelle question ils répondaient.

Le MP pense qu’il n y a des faits nouveaux. Sur ce, la HCM s’était déjà prononcée sur l’authenticité des documents fournis par la partie requérante. Il s’agit du rapport de la Commission Assassinat de la CNS. Mais après vérification, la HCM a reconnue également l’authenticité de l’arrêt du Conseil général de guerre sur cette affaire.

Le Dr Kabamba Mbwembwe Kasusula… à la barre ce vendredi!

La Haute juridiction militaire tient à entrer dans le fond du dossier. C’est ainsi qu’à l’audience publique de ce vendredi 15 juin 2018, elle auditionnera le Dr Kabamba Mbwembwe, Kasusula, respectivement Rapporteur, président de la Commission Assassinat de la Conférence Nationale Souveraine.

Le Dr Kabamba Mbwembwe et  Kasusula ont été déjà entendus par la HCM, mais la plus haute instance judicaire militaire congolaise veut être mieux éclairée par les auditions de ces personnalités, afin d’aller au fond de cette affaire et entamer rapidement la plaidoirie dans les jours à venir.

Bien avant, la HCM avait adressé des correspondances au Cardinal Laurent Monsengwa Pasinya, président du Haut-Conseil de la République/Parlement de Transition et à Evariste Boshab, président de l’Assemblée, pour avoir les documents authentiques de la  Commission Assassinat de la Conférence Nationale Souveraine. Mais le problème des archives se pose.

Ancien Secrétaire particulier du président Mobutu et Directeur de la Sécurité,  le colonel Omba avait été injustement condamnés, sans la preuve de son association avec les soit disant conspirateurs, accusés par le régime Mobutu d’être en intelligence avec les Etats Unis d’Amériques pour attenter à sa vie.

Notons que la requête tendant à obtenir la révision de l’arrêt du Conseil général de Guerre, introduite par le sénateur Omba, est la première à être déposée à la Haute Cour Militaire, avant celle de Simon Kimbangu qui elle, avait été traité en toute célérité.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire