Réintégration sociale dans le Pool : le Japon octroie plus de 1, 3 milliard francs CFA pour financer un nouveau projet

0

Le Projet d’appui à la promotion des moyens de subsistance durable dans le département du Pool a été lancé officiellement, le 8 juin à Kinkala, chef-lieu du département, par le Haut-commissaire à la réinsertion des ex-combattants, Euloge Landry Kolélas. 

Le Projet d’appui à la promotion des moyens de subsistance durable dans le département du Pool, dont l’accord de financement a été paraphé en février 2018, est financé entièrement par le Fonds japonais de développement social, à hauteur de 2,75 millions de dollars, soit 1, 325 milliard francs CFA. 

Il entre dans le cadre des projets retenus dans le programme Désarmement, démobilisation et réintégration (DDR) en faveur de la population vulnérable du Pool, ayant subi les atrocités de la barbarie et de la bêtise humaines. Ce projet intègre les termes de l’accord de cessez-le feu et de cessation des hostilités, conclu le 23 décembre 2017 à Kinkala, entre le gouvernement et la partie rebelle. Cet accord, rappelons-le, a permis le retour de la paix et celui de la population dans les villages du département du Pool.

Près de deux mille ménages visés

L’enveloppe allouée, dont la gestion est confiée à la Banque mondiale, servira au financement de quelques petites activités socioéconomiques au profit des femmes et jeunes désœuvrés, œuvrant en coopératives ou groupements d’intérêts économiques (Giec) dans plusieurs filières agricoles. L’objectif étant d’améliorer, tant soit peu, les revenus ainsi que les conditions sociales de cette population sinistrée, qui tente de refaire sa vie, après deux ans de fuite à cause des affres d’un conflit armé sans précédent, en vue de lui donner l’opportunité de vivre encore un peu mieux qu’auparavant.

« Ce projet qui vise à améliorer l’accès de la population affectée par le conflit permettra d’apporter un appui à la fois technique, matériel et financier aux ménages pauvres, aux groupes de femmes et de jeunes, organisés en coopératives dans les activités agropastorales telles que l’agriculture, le maraîchage, l’élevage, la pisciculture et la pêche », a précisé Euloge Landry Kolélas.
La phase pilote de ce projet sera mise en œuvre dans quelques villages centres bien ciblés. Il s’agit notamment de Koubola, Linzolo, Missafou, Yangui, Yalavounga et Matensama, tous dépendant administrativement des districts de Kinkala, Mindouli et de Goma Tsét-tsé. Le nouveau projet profitera, à en croire le diplomate japonais, à près de deux mille ménages vulnérables situés au cœur de cette zone rouge de la guerre.

« Ce projet permettra de fournir les matériaux nécessaires à mille neuf cent vingt ménages du département du Pool. Il sera non seulement le déclencheur de l’amélioration de la paix et de la stabilité, mais surtout le catalyseur pour l’utilisation optimale des potentialités agricoles du Pool afin qu’il soit le département le plus dynamique du Congo », a souligné l’ambassadeur du Japon au Congo, Hirochi Karubé.

A son tour, la représentante résidente de la Banque mondiale au Congo, Korotoumou Ouattara, a fait savoir que ce projet visait l’amélioration de l’accès de la population la plus vulnérable aux moyens de subsistance, en favorisant les opportunités économiques dans ce département meurtri par des guerres civiles à répétition, en vue de poser les jalons d’un avenir prospère.

Il faut dire que la cérémonie de lancement du projet a eu lieu en présence des autorités locales et départementales, conduites par le préfet, Georges Kilébé.

Légendes et crédits photo : 

1-Euloge Landry Kolélas (au centre) lançant le projet/ Adiac
2-Les participants en photo de famille / Adiac

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire