Règlement sanitaire international : un atelier se penche sur l’évaluation externe conjointe

0

La rencontre réunit, depuis le 12 mars  à Kinshasa, plus de soixante-dix participants venus des différents secteurs et domaines d’activités,  parmi lesquels des délégués des ministères de la Santé des pays de la région africaine et des  organisations internationales.

 

Les travaux ont été ouverts par le ministre congolais de la Santé, le Dr Oly Ilunga Kalenga. Il a rappelé que la République démocratique du Congo (RDC) avait un rôle de premier plan à jouer dans l’agenda de la sécurité sanitaire mondiale, compte tenu de ses dimensions, de sa géographie, de sa population et de sa position au cœur de l’Afrique avec neuf pays frontaliers, et aussi compte tenu de son expertise dans la riposte contre les épidémies comme celle de la fièvre hémorragique à virus Ebola et du choléra.
Le Dr Oly Ilunga Kalenga a, par ailleurs, indiqué que son ministère avait déjà pris plusieurs initiatives pour renforcer la capacité du pays à remplir son rôle dans l’agenda global, telle que la création de l’Agence congolaise de prévention et de contrôle des maladies, qui serait l’équivalent du Centers for disease control and prevention en RDC.   Cette initiative, a-t-il renchéri, s’appuiera sur le renforcement de la direction de lutte contre les maladies, le renforcement du plateau technique de l’Institut national de recherche biomédicale et la mise en place d’un centre des opérations d’urgence.
De son côté, le Dr Allarangar Yokouidé, représentant de l’OMS en RDC, a salué » l ‘engagement personnel du ministre de la Santé pour la tenue de cette importante activité et pour avoir soutenu et facilité la mise en œuvre de l’exercice d’auto-évaluation des capacités nationales du RSI 2005 réalisé en décembre 2017 par la RDC. » 

Rappelons que le Règlement sanitaire international (RSI) est un instrument juridique international dont le but est d’aider la communauté internationale à éviter la propagation des maladies, à s’en protéger et à les maîtriser avec une action de santé publique adéquate.
En souscrivant au RSI, la RDC s’est engagée à développer davantage ses capacités à prévenir, à détecter les risques de santé publique, et à y répondre rapidement.
 

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire