Régies financières : les impôts et les douanes invités à plus de performance

0

Le Premier ministre, Clément Mouamba, a exhorté, le 11 janvier à Brazzaville, les cadres et agents des deux administrations à plus d’efforts pour apporter au Trésor public leur contribution régalienne qui s’élève en 2018, à la somme de 621 milliards de FCFA pour les impôts et 121, 5 milliards de FCFA pour les douanes.

Le chef du gouvernement s’est exprimé lors d’une visite des directions générales des impôts et des domaines, des douanes et des droits indirects, en compagnie de Calixte Nganongo, ministre des Finances.

« L’année dernière, la moisson a été peu reluisante. J’ai organisé à ma propre initiative ces rencontres pour signer les contrats de performance entre vos administrations et l’Etat. Car, il nous faut avoir des revenus fiscaux élevés », a déclaré Clément Mouamba.

Le Premier mininistre a indiqué qu’il attendait de ces structures de bons rendements cette année, pour permettre au gouvernement d’avoir cent milliards de FCFA par mois, afin de payer les salaires des fonctionnaires, des agents de l’université Marien-Ngouabi et du CHU, les bourses des étudiants ainsi que les pensions des retraités.

« Accomplissez votre mission. Nous nous engageons à mettre à votre disposition progressivement les moyens techniques pour renforcer le système informatique. Nous penserons également à la formation des cadres », a garanti le chef du gouvernement.

Aux nombres des difficultés auxquelles sont confrontées les structures des impôts et des douanes, figurent le manque de logistique adaptée aux missions assignées et  les départs massifs à la retraite des cadres expérimentés.

Le gouvernement a récemment installé des guichets uniques de dédouanement à Brazzaville, Ouesso et Dolisie, hormis celui de Pointe-Noire. Malgré cette précaution, les agents véreux tentent à tout prix de contourner la procédure, a déploré Clément Mouamba.

Le directeur général des impôts et des domaines, Antoine Ngakosso, a indiqué : « Malgré les problèmes techniques et les conditions de travail inadéquates, nous sommes sûrs de dépasser nos prévisions de 2017 qui, pendant les six premiers mois, étaient seulement à la somme de 607 milliards de FCFA ».

Le directeur général des douanes, Jean Alfred Onanga, s’est dit, quant à lui, déterminé à répondre aux exigences gouvernementales.

 

 

 

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire