Réformes du marché du travail : le gouvernement veut créer deux nouveaux services publics de l’emploi

0

À la place de l’actuel Onemo (Office national de l’emploi et de la main-d’œuvre) vont être créés une Agence congolaise pour l’emploi et un Fonds national d’appui à l’emploi et l’apprentissage. Les autorités entendent ainsi résoudre le problème des demandeurs d’emploi.   

L’Agence congolaise pour l’emploi s’occupera de la gestion de l’emploi salarié, une sorte d’intermédiaire entre le demandeur et le futur employeur. Quant au Fonds national d’appui à l’emploi et l’apprentissage, il se chargera d’encadrer puis financer l’auto-emploi pour les jeunes porteurs de projet de création d’entreprise. Cette solution est proposée à l’issue d’une enquête menée récemment à Brazzaville, Pointe-Noire et Dolisie par une équipe de professionnels de Pôle emploi, expertise France et de l’Onemo.

L’enquête conjointe, dont le rapport a été présenté le 28 septembre à Brazzaville, est intervenue à la suite d’une lettre d’intention signée en juin dernier par le ministre congolais de l’Enseignement technique et professionnel, de la formation qualifiante et de l’emploi, Nicéphore Antoine Fylla Saint-Eudes, et la ministre française du Travail, Muriel Penicaud.

« Le document signé par les deux ministres repose, d’une part, sur l’échange d’expériences et d’informations en matière d’emploi et de formation professionnelle et, d’autre part, sur la formation et l’assistance technique », a précisé le directeur général de l’Onemo, André Nyanga Elenga.

Créé depuis 1985 sur les cendres des bureaux de placement, l’Onemo est critiqué pour ses méthodes de travail jugées inefficaces. Ses résultats en matière de fourniture d’information sur le marché du travail, d’accompagnement des diplômés sans emploi et de régulation du marché de l’emploi n’ont pas convaincu les enquêteurs.

Dans le nouveau dispositif du marché de travail, un accent devrait être mis sur la production des statistiques de l’emploi. « Les textes qui régissent l’Onemo sont devenus obsolètes, ce qui justifie la réforme (…) La production des données statistiques sur l’emploi, le chômage, c’est la mission fondamentale de l’Agence congolaise pour l’emploi », a assuré André Nyanga Elenga.

Légendes et crédits photo : 

Le ministre Nicéphore Antoine Fylla Saint-Eudes, en compagnie des enquêteurs / Adiac

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire