Réforme de l’Administration publique : le processus de reconversion des retraités amorcé

0

La première phase du séminaire dont le but à terme est de réorienter professionnellement les ex-agents et fonctionnaires de l’État a débuté ce mercredi 2 août avec les séances d’orientations obligatoires organisées en quatre jours à leur intention dans la suite du Projet de réforme et rajeunissement de l’Administration publique (PRRAP).

Comme prévu dans le planning annoncé par le ministre d’État, ministre de la Fonction publique, Michel Bongongo, une semaine plus tôt à l’ouverture du séminaire, le 27 juillet dernier, le processus de reconversion des retraités de l’Administration publique est en marche. Tenus obligatoirement de prendre part aux séances d’orientations étendues sur quatre jours à dater du 2 août, les agents et fonctionnaires de l’État nouvellement mis à la retraite y ont pris part à la salle de conférence du ministère des Affaires étrangères. Cette phase initiale de formation aborde des thématiques jugées pertinentes pour les bénéficiaires, vu qu’elles cadrent avec les besoins exprimés par ces derniers.

L’éducation financière, la sécurité sociale avec un volet sur les droits à la pension et un autre sur l’assurance maladie via les mutuelles de santé sont les deux sujets inscrits en primeur dans l’agenda du séminaire. Chargée d’aborder le volet sur les droits à la pension, la Caisse nationale de sécurité sociale des agents publics de l’État (Cnssap) s’est largement épanchée sur le sujet. En effet, comme l’a souligné son directeur général, Tombola Muke, tous les aspects en ont été épluchés. La Cnssap a donc pris soin d’expliquer à l’assistance l’abécédaire de son système d’immatriculation. Mais l’a également entretenu sur les conditions d’ouverture des droits aux prestations. Son directeur général a résumé son propos de la sorte à la fin de l’entretien avec les séminaristes : « La caisse est appelée à payer mensuellement des pensions aux retraités. Il était question de leur expliquer les conditions et formalités administratives à remplir pour l’ouverture de leurs droits aux prestations ». Et de poursuivre que lesdits droits étant ad vitam aeternam, « tant qu’un retraité sera en vie, il aura droit à une pension de retraite. Et quand il décède, elle est reversée à ses ayants-droit survivants, à savoir le conjoint et les orphelins ». Ce, a-t-il précisé, « suivant certaines conditions fixées par la loi ».

Un échange riche et fructueux

Du point de vue du directeur général de la Cnssap, l’échange avec les retraités a été « riche et fructueux ». En effet, Tombola Muke s’est dès lors réjoui qu’ils aient « exprimé leurs préoccupations ». Et, affirme, pour sa part, avoir fait en sorte « d’y apporter des réponses quitte à faciliter leur prise en charge imminente par la Cnssap ». Il semble donc que l’exhortation donnée par le ministre Michel Bongongo à tous les retraités ait trouvé bon écho auprès de ces derniers. Il nous plaît de rappeler ici qu’au lancement du séminaire, il les avait encouragé à « être à la fois attentifs et réceptifs mais aussi à poser des questions sans hésitation aux intervenants ». Ce, soulignant alors que cela serait tout à leur avantage « au vu de l’importance du bagage minimum de connaissances prévu à la séance d’orientation ».

Par ailleurs, il faut noter que l’agenda de cette première phase de formation va s’achever avec des formations axées, cette fois, sur les activités génératrices de revenus, l’entrepreneuriat ainsi que le coaching et la consultance. Ces sujets censés ouvrir à de nouvelles perspectives professionnelles seront donc traités à la suite des trois susmentionnés, à savoir l’éducation financière, la sécurité sociale dont le volet sur les droits à la pension a été placé sous la direction de la Cnssap, sans oublier l’assurance maladie. Quant à la seconde phase du séminaire de reconversion, elle concerne l’étape des formations spécifiques selon les catégories des retraités. Programmée après les préliminaires importants donnés en quatre jours, elle sera de durée certainement plus importante.

 

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire