Recherche forestière : des étudiants finalistes initiés au montage des projets bancables

0

Près d’une vingtaine de jeunes chercheurs de l’Institut national de recherche forestière (IRF) et de l’Université Marien-Ngouabi ont été formés sur la rédaction des propositions pour des subventions à la recherche, le 25 mars, à la Cité scientifique de Brazzaville.    

Les études techniques et spécialisées comme la foresterie nécessitent des soutiens financiers pour accompagner les sorties pédagogiques des étudiants. La recherche du financement est le principal obstacle auquel se butent chaque année les jeunes chercheurs. Alors que le financement public se raréfie, les besoins de recherche se multiplient, notamment dans les domaines alimentaire, énergétique, sanitaire et environnemental.

La rencontre visait à renforcer les capacités des participants, mais aussi à augmenter le financement des projets de recherche dans les instituts et facultés. Le conseiller technique du ministre de la Recherche scientifique et de l’innovation technologique, André Mfoukou Ntsakala, a invité les jeunes chercheurs à aller demander les financements ailleurs auprès des bailleurs nationaux ou étrangers.

Les jeunes chercheurs doivent adopter la culture de mobilisation de subventions pour la recherche à travers la rédaction des projets novateurs et bancables. « Ils constituent une cible privilégiée des appels d’offres qui leur sont dédiés. La recherche reste à la fois un moteur clé de l’innovation, de la formation de pointe pour les futurs cadres, et un outil politique et humaniste qui véhicule des valeurs comme la diversité, la tolérance et le partage, valeurs cardinales au président de la République, Denis Sassou N’Guesso », a estimé André Mfoukou Ntsakala.

Au cours de cette session de formation initiée par l’IRF, les participants se sont familiarisés aux méthodes de rédaction de subvention des projets de recherche ainsi qu’aux techniques d’évaluation des projets personnels. Ces différents modules devraient leur permettre d’avoir une certaine efficacité et un certain recul dans la rédaction puis dans l’approche demande de financement.  

Cet atelier prendra fin par les méthodes de défense de projet, a expliqué le directeur scientifique de l’IRF, Garel Makouanzi Ekomono, et il y aura neuf sessions au cours  des cinq jours d’échanges. « Au premier jour, nous allons introduire les notions de rédaction de projet avec un style orienté vers l’évaluateur. Ensuite, nous allons aborder les sections de projet et enfin voir comment budgétiser un projet, le défendre et l’évaluer », a précisé Garel Makouanzi Ekomono.  

 

Légendes et crédits photo : 

– La photo de famille
– Les participants à l’atelier

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire