RDC/VIH : plus de 90% de cas de contamination chez les jeunes dus aux rapports sexuels

0

Plus de 90% de cas de contamination au VIH chez les jeunes en RDC sont dus aux rapports sexuels, indique mardi un document de sensibilisation du Réseau d’associations congolaises des jeunes pour la lutte contre le VIH/SIDA (RACOJ), parvenu mardi 5 décembre 2017 à l’ACP.

Selon la source, c’est depuis 2012, qu’il s’observe une croissance du taux de nouvelles infections et de mortalité due au VIH/Sida chez les  adolescents et jeunes de 10 à 19 ans et mille six cents (1600) adolescents et jeunes de cette tranche d’âge meurent chaque année suite à cette pandémie. Limiter l’accès au dépistage à 54% d’adolescents et jeunes suppose que la RDC diminue ses chances d’éliminer la maladie d’ici 2030, indique la même source.

La majeure partie des jeunes de moins de 10 à 19 ans ne déclare pas avoir besoin d’informer leurs parents de leur désir de se faire dépister par  peur de soupçon de ces derniers d’être sexuellement actifs. L’environnement juridique de la RDC présente une  barrière à l’élimination de la pandémie du VIH/Sida au pays d’ici 2030, en  ses articles 37, 39 et 41 de la loi du 14 juillet 2008, portant protection des PVVIH, souligne la source.

Face à cette réalité, les organisations de la société civile réunies au sein du secteur justice et droits humaines de la lutte contre le VIH en RDC mène un plaidoyer auprès des parlements, en vue de proposer que les articles 37, 39 soient modifiés, de manière a offrir la possibilité aux jeunes de moins de 18 ans de passer leur test de dépistage du VIH volontairement et librement avec ou sans consentement de leurs parents et que  les résultats de leur test leur soit directement annoncés.

L’article 41 de la même Loi devrait être modifié pour permettre à la personne vivant avec le VIH de relever librement son statut sérologique sans astreinte en temps voulu, mais avant tout rapport sexuel et que l’article 45 qui traite de la discrimination de la transmission volontaire du VIH soit simplement supprimé, car d’autres dispositions peuvent remplacer les sanctions comme le code pénal, la loi portant protection de l’enfant et la loi sur les violences sexuelles.

Engament international et régional

La République démocratique du Congo est partie prenante  à plusieurs accords ou conventions internationaux (dont la Loi-type de la SADC sur le VIH) que  l’esprit voire la lettre déconseille l’établissement d’une législation particulière criminalisant les PVVIH par rapport à la  problématique de transmission du VIH.

Pour les Objectifs  90-90-90 de l’ONU/SIDA, le dépistage volontaire au VIH demeure la porte d’entrée pour lutter contre le VIH et en freine la propagation du VIH d’ici 2020.

Pour le RACOJ et d’autres mouvements militant pour l’élimination du sida à l’Horizon 2030,  c’est l’occasion de donner à la RDC  l’opportunité de sauver sa population particulièrement les adolescents et jeunes ainsi que les PVVIH en modifiant la Loi N*08/011 du 14 juillet portant protection des personnes vivant avec VIH, en ses articles 37, 39,41 et 45.

Source : Media Congo

Laisser un commentaire