RDC : enregistrement de 1.380 orphelins qui ont perdu un parent ou les deux à cause d’Ebola

0

L’UNICEF et ses partenaires ont enregistré 1.380 orphelins qui ont perdu un parent ou les deux à cause d’Ebola, depuis le début de l’épidémie il y a un peu plus d’un an, indique l’oraganisation dans un communiqué publié le 13 août.

Au cours de la même période, 2.469 enfants ont été séparés de leurs parents ou de leurs tuteurs, soit laissés seuls pendant que les adultes subissaient un dépistage et un traitement, soit isolés parce qu’ils ont été en contact avec une personne infectée. 

Selon le même communiqué, le nombre d’enfants orphelins ou non accompagnés a plus que doublé depuis avril en RDC, et plus particulièrement dans les provinces du Nord Kivu et de l’Ituri, touchées par l’épidémie a virus Ebola.

 « Cette épidémie a été particulièrement dévastatrice pour les enfants », a souligné Pierre Ferry, responsable des programmes de protection de l’enfance de l’UNICEF en RDC, ajoutant que ces enfants voient leurs parents mourir devant eux ou des êtres chers emmenés dans des centres de traitement Ebola.

« Pris de chagrin et d’anxiété, beaucoup de ces enfants sont confrontés à la discrimination, à la stigmatisation et à l’isolement. Devant cette situation, l’UNICEF, en collaboration avec ses partenaires et les communautés concernées, travaille pour identifier rapidement les enfants affectés et apporter un soutien adapté à leurs besoins physiques, psychologiques et sociaux. Ainsi, l’UNICEF a déjà formé 906 assistants psychosociaux et psychologues qui fournissent une assistance individualisée aux orphelins et aux enfants non accompagnés », indique le communiqué.  

Ces équipes psychosociales fournissent des soins spécifiques pour les enfants non accompagnés, en nourriture, en soutien psychologique et assistance matérielle.

L’UNICEF gère également trois crèches à côté des centres de traitement Ebola dans les foyers de l’épidémie. Ces crèches sont animées par des survivants d’Ebola immunisés contre la maladie. Ils s’occupent des nourrissons et des très jeunes enfants en attendant la fin de traitement de leurs parents ou tuteurs.

Source: http://www.radiookapi.net/

Laisser un commentaire